Connected Lab : bien branchée grâce à l’exportation

Connected Lab : bien branchée grâce à l’exportation

Fruit du labeur de deux anciens employés de l’entreprise Xtreme Labs qui ont collaboré à des applications telles que Uber, Facebook Messenger, BBM et Twitter, Connected Lab s’est matérialisée l’an dernier.

Les co-fondateurs de l’entreprise, Mike Stern et Damian McCabe, remarquent une demande croissante pour une « connectivité » entre de multiples plateformes et dispositifs. En 2014, ils lancent Connected Lab, entreprise spécialisée dans la création de logiciels pour des entités communicantes comme des maisons, des voitures communicantes et des appareils portables.

« Nous avons comme raison d’être de concevoir et de bâtir des connectivités novatrices pour des marques audacieuses sur de nouvelles plateformes branchées, » souligne Ally Contardi, directrice, Finances et Opérations à Connected Lab.

L’entreprise compte parmi ses clients quelques-uns des plus grands acteurs du secteur de l’électronique grand public ainsi que des entreprises de services financiers et des conglomérats des médias.

M. Stern, qui est chef de la direction, a dirigé les ventes à Xtreme Labs et M. McCabe était l’un des principaux chefs de produit. Tous deux avaient des acquis considérables dans le développement de logiciels et dans la vente de produits numériques. En cinq ans, l’effectif est passé à plus de 400 employés. Ils aimeraient voir une croissance semblable à Connected Lab.

« Nous sommes déjà rendus à plus de 50 employés en un peu plus d’un an. Nous aimerions franchir le cap de la centaine d’ici la fin de 2016, » fait remarquer Mme Contardi. Nous venons de conclure quelques transactions très importantes avec des marques stratégiques aux États-Unis.

Dès sa création, Connected Lab s’est donnée une vocation internationale. Aujourd’hui, environ 80 pour cent de ses clients se trouvent aux États-Unis, 20 pour cent au Canada.

L’entreprise a fait appel à Exportation et développement Canada pour atténuer une partie des risques liés à ses comptes clients à l’étranger.

« Nous sommes rassurés de pouvoir faire affaire avec d’ambitieuses jeunes entreprises sans avoir à nous soucier d’un défaut de paiement, observe Mme Contardi. Cela nous libère du stress et du fardeau administratif. Nous pouvons nous concentrer sur notre mission première : bâtir des logiciels sensationnels. »

Catégories Technologies et télécommunications

Comments are closed.

Affichages connexes