Offerte par CYC Design Corporation

CYC Design : des vêtements de qualité à l’échelle mondiale

À l’origine, CYC Design Corporation était une petite entreprise canadienne de marque maison produisant des vêtements de qualité pour des marques japonaises. En 19 ans, l’entreprise est passée de 2 à 90 employés, et elle possède désormais ses propres marques en plus d’être associée à des géants tels Adidas, New Balance, Asics, Converse et Club Monaco.

CYC Design, aujourd’hui propriétaire de wings + horns et Reigning Champ, deux marques prisées, est une idée de Craig Atkinson. Ce diplômé en marketing a d’abord flirté avec l’industrie de la mode avant de déménager au Japon pour y étudier la langue et la culture, et créer une entreprise adaptée au marché.

« Au début, nous voulions produire des vêtements de grande qualité pour d’autres marques, explique M. Atkinson. Nous avons choisi le Japon parce que j’y habitais, que son économie était florissante et qu’il y avait une demande pour nos vêtements canadiens haut de gamme. »

À l’époque, l’entreprise produisait aussi pour des géants canadiens comme Arc’teryx et Mountain Equipment Co-op et pour d’autres clients aux États-Unis. C’est lorsque M. Atkinson et son partenaire et beau-frère, Chris Nordee, ont créé wings + horns que CYC a pris une dimension internationale.

Aujourd’hui, wings + horns et Reigning Champ sont des marques reconnues, et les gros joueurs comme Adidas veulent s’y associer.

Créée en 2007, Reigning Champ propose des vêtements sport décontractés. Ses ventes ont devancé celles de wings + horns, plus orientée vers la mode.

« Les vêtements sport sont très tendance, affirme M. Atkinson. Et ça ne semble pas vouloir ralentir, d’où le succès de Lululemon. Je déteste le mot “athleisure”, mais c’est le nom qu’on donne à ce genre de vêtements sport conçus pour la vie quotidienne, et ça fait un malheur! »

L’entreprise, qui n’avait alors toujours fait que des vêtements pour hommes, a récemment signé une entente avec Adidas pour lancer une collection mixte à l’automne 2016. CYC concevra la collection, qui portera la marque conjointe d’Adidas et de CYC

Au fil des ans, CYC a établi plusieurs partenariats. M. Atkinson aime particulièrement travailler avec des entreprises ayant une marque spécialisée outre leur production régulière. Produire des chaussures, par exemple, est plus facile avec un partenaire qui en a les capacités de fabrication.

« Nous travaillons avec Asics sur une ligne de vêtements et chaussures pour le printemps 2016, dit-il. Nous faisons aussi affaire avec Converse, et wings + horns a produit un manteau avec Canada Goose l’automne dernier. Nous avons des partenaires partout dans le monde; ce sont ceux qui partagent notre vision. »

L’avantage des partenariats, c’est le marketing.

« S’associer est la manière la plus efficace de rejoindre des clients potentiels ayant des valeurs semblables à celles de notre clientèle actuelle. Nous savons qu’ils aimeront nos produits puisque nos partenaires partagent notre idéal de qualité. »

Aujourd’hui, CYC vend à l’échelle planétaire : Japon, Chine, Corée, Taïwan, Allemagne, France, Danemark, Suède, Norvège, Royaume-Uni et États-Unis.

Sa dernière percée : des boutiques autonomes. Ce mode de vente directe a enregistré un taux de croissance à trois chiffres d’une année sur l’autre. Il est donc devenu une priorité pour l’entreprise.

C’est en 2012 que CYC a fait appel à Exportation et développement Canada (EDC) pour la première fois, afin d’obtenir une marge de crédit plus élevée. EDC a récemment fait passer la garantie sur cette marge de crédit opérationnelle à 1 125 millions de dollars, ce qui a aidé l’entreprise à construire une usine aux États-Unis.

M. Atkinson explique que lorsqu’elle produisait des vêtements pour d’autres marques, CYC recevait des dépôts initiaux, mais cette pratique a changé quand la compagnie a lancé sa propre marque. Les 750 000 dollars supplémentaires en financement préexpédition d’EDC se sont avérés fort utiles.

« Nous avons dû trouver des solutions créatives, et EDC nous a certainement aidés à passer à travers cette période difficile. »

Pour EDC, CYC cadrait bien avec sa mission.

« CYC avait l’appui de la banque, mais avec ses acquisitions de marques et les transformations importantes au fil des ans, elle avait besoin de capital supplémentaire pour soutenir sa croissance très rapide, » explique Andrea Marino, directrice de comptes d’EDC. « C’est avec plaisir qu’EDC le lui a fourni. »

Catégories Fabrication

Comments are closed.

Affichages connexes