Des pneus recyclés aux débouchés à l’étranger : l’histoire de GNR Technologies

Des pneus recyclés aux débouchés à l’étranger : l’histoire de GNR Technologies

Qui a dit que les superhéros devaient être des justiciers masqués?

GNR Technologies (GNR) possède le pouvoir unique de transformer les vieux pneus en dos d’ânes traditionnels et allongés, et en butoirs pour les stationnements et les rues municipales.

GNR protège les voitures, les conducteurs et les piétons des accrochages, des égratignures et autres blessures, mais aussi l’environnement, en recyclant les pneus non dégradables. En plus, l’entreprise réinvestit les profits provenant des solutions de stationnement dans la construction de panneaux radars indicateurs de vitesse qui ralentissent la circulation dans les zones scolaires, et protègent donc nos enfants. Impressionnant, non?

Mais ces produits (pouvoirs?) ne sont pas apparus par magie. Comme tout héros digne de ce nom, GNR a en premier lieu accompli sa métamorphose.

Chapitre 1 : Le caoutchouc prend la route

À ses débuts en 1995, l’entreprise montréalaise fabriquait des joints pour les trous d’homme et des bases de balises de déviation en caoutchouc. Les produits étaient de qualité, mais les marges bénéficiaires étaient relativement faibles, tout comme les volumes.

« À l’époque, nous avions d’excellents produits et nous étions rentables. Mais vendre à d’autres entreprises sans avoir de marque ni d’identité propres n’était pas ce qui pouvait nous assurer une véritable croissance à l’étranger », explique Alain Masson, président de GNR. « Nous avons revu notre stratégie, puis commencé à nous promouvoir nous-mêmes plutôt que de simplement nous intégrer à la chaîne de production d’une autre entreprise. »

La métamorphose s’est opérée en 2004. GNR a alors opté pour la fabrication de dispositifs de sécurité exclusifs pour les stationnements, produits sur lesquels elle s’est appuyée pour bâtir sa marque et son identité. Elle a ensuite stimulé ses ventes à l’extérieur des États-Unis et du Canada.

Chapitre 2 : Le Mexique, terre fertile

Le Mexique était le choix évident. Représentant un marché de plus de 100 millions de personnes – plus de 21 millions dans la région de la capitale seulement –, ce pays à la population dense regorge de voitures et d’embouteillages, une occasion en or pour un fabricant de dispositifs de sécurité pour les stationnements. Le hic : trouver des distributeurs mexicains disposant du crédit nécessaire pour payer à l’avance GNR, qui, vu sa taille, ne pouvait autrement se permettre d’expédier 100 000 $ de marchandises.

La compagnie Montréalaise, GNR Technologies a investit dans le marché Mexicain

La compagnie Montréalaise, GNR Technologies a investit dans le marché Mexicain

Quand un distributeur solvable s’est manifesté, GNR a fait appel à Exportation et développement Canada (EDC) pour assurer ses comptes clients. C’était une bonne chose, car après un an son distributeur a connu des difficultés financières, et ne pouvait plus régler ses comptes.

Protégée par son assurance comptes clients (ARI), GNR a donc pu réclamer auprès d’EDC ses pertes de revenus, qui sinon auraient été un coup dur à encaisser. Entretemps, GNR avait heureusement établi plusieurs autres relations solides dans la région, grâce auxquelles l’entreprise a vraiment éperonné sa croissance.

En 2007, GNR a loué un entrepôt de 5 000 pieds carrés près de la ville de Mexico et engagé trois employés sur place. Rapidement, elle y a transféré de l’équipement de production de Montréal pour répondre à la demande croissante en Amérique latine.

Chapitre 3 : Du caoutchouc aux panneaux radars, et plus loin encore

Avançons en 2015. L’entrepôt a fait place à une installation de production de 25 000 pieds carrés, qui tourne déjà à plein régime pour remplir les commandes du Mexique, de l’Amérique du Sud, de l’Europe et des États-Unis. GNR au Canada a officiellement donné naissance à une filiale étrangère, GNR México, responsable de 30 % de la production totale, dont la croissance est telle qu’EDC lui a consenti un prêt de 750 000 $ en 2014 pour soutenir son expansion.

« L’assurance d’EDC nous a permis d’explorer le marché mexicain et d’y connaître un succès suffisant pour rentabiliser notre installation de production, commente M. Masson. Les profits provenant de l’augmentation de nos ventes ont d’ailleurs servi à embaucher au Canada des ingénieurs qui travaillent au développement de nouveaux produits : d’un seul ingénieur travaillant sur les produits de caoutchouc, nous sommes passés à 15, dont la plupart se concentrent sur le développement de notre secteur électronique. »

M. Masson parle ici des panneaux radars indicateurs de vitesse de la gamme de produits destinés aux municipalités, laquelle comprend aussi divers dos d’ânes allongés. Ces dispositifs ralentisseurs modèrent la circulation dans les rues à forte présence piétonne, comme les zones scolaires.

Maintenant, GNR entend continuer de développer de nouvelles gammes de produits, et reprendre la formule gagnante au Mexique pour étendre ses activités en Amérique du Sud.

Selon Luis Torres, directeur du compte de GNR, « cette entreprise illustre très bien comment utiliser les exportations et les investissements à l’étranger pour assurer sa croissance. Innovation, diversification, gestion des risques, investissement et réinvestissement : tous les ingrédients d’une métamorphose réussie sont réunis. »

Catégories Fabrication

Comments are closed.

Affichages connexes