Le futur à nos portes : les drones et la conquête de nouveaux marchés

Le futur à nos portes : les drones et la conquête de nouveaux marchés

Ça relevait de la science-fiction il y a quelques années : croiser des engins volants sans pilote à bord de sa propre voiture volante en allant chercher son café du matin.

Les voitures volantes ne se sont pas matérialisées, mais les systèmes volants sans pilote, oui. Vous pouvez même en acheter un chez Walmart.

Le secteur des drones, ou véhicules aériens sans pilote (UAV), est en plein essor depuis quelques années grâce à la baisse considérable des coûts technologiques et du prix de l’équipement haute performance.

« En 2008, notre sondage a révélé que 80 entreprises évoluaient dans ce secteur au Canada », indique Mark Aruja, président du conseil d’administration de Systèmes télécommandés Canada. « En 2014, on parlait plutôt de 340 entreprises, et ça ne m’étonnerait pas que ce nombre ait doublé aujourd’hui. »

L’arrivée des drones

Selon la dernière étude de marché du Teal Group Corporation, une équipe d’analystes et de chercheurs spécialisés en aérospatiale et en défense, le secteur des UAV demeure celui ayant connu la plus forte croissance de l’industrie aérospatiale de la décennie.

Dans son rapport de 2015, le groupe estime que la production annuelle mondiale d’UAV passera cette année de 4 milliards de dollars à 14 milliards, pour atteindre 93 milliards dans les dix prochaines années. « Le marché des UAV se porte à merveille », souligne Philip Finnegan, directeur de l’analyse et l’un des auteurs du rapport. « On voit sans cesse fleurir de nouvelles technologies, comme les derniers systèmes de combat télécommandés, et de nouveaux marchés, comme celui des drones civils. »

Fini le marché à créneaux – En vol vers un secteur de plus grande envergure… et des mégadonnées!

À l’heure actuelle, l’utilisation d’UAV au pays est sujette à l’obtention d’un certificat de Transports Canada et au respect de ses normes de sécurité. C’est ainsi que des centaines d’entreprises canadiennes utilisent des UAV dans divers domaines : recherche atmosphérique; océanographie; géophysique; prospection minérale; spectroradiométrie imageante; plateformes relais de télécommunications; surveillance policière; patrouille et surveillance frontalières; cartographie; photographie aérienne; promotion et publicité; collecte de données météorologiques; recherche en vol et surveillance et gestion des incendies.

Des entreprises canadiennes, comme la torontoise PrecisionHawk, utilisent des UAV spécialement conçues pour fournir des données saisonnières pertinentes aux agriculteurs : taille des plants; statistiques sur le lot; renseignements sur la végétation (ex. : indice foliaire); densité des récoltes; détection des anomalies; efficacité des traitements aux pesticides; infestation et phénologie; dommages aux récoltes; couvert forestier; distance de plantation et paramètres de surface terrestre.

Par ailleurs, SkySquirrel Technologies, de Halifax, a récemment conclu un partenariat exclusif avec VineView Scientific Aerial Imaging – important fournisseur de services de télédétection des viticulteurs californiens – afin de recueillir et d’analyser les principales données d’imagerie et de les appliquer concrètement pour assurer une surveillance étroite des vignes.

« Le secteur canadien des UAV commence à attirer des investisseurs externes », mentionne M. Aruja.

L’an dernier, l’entreprise américaine TRACE Live Networks, fabricante du TraceR1 – caméra intelligente pouvant suivre son propriétaire presque partout et diffuser du contenu en continu en direct dans Internet – a acquis Draganfly Innovations Inc., entreprise de Saskatoon spécialisée en petits UAS (systèmes d’aéronef sans pilote) commerciaux dont les produits sont couramment utilisés dans plusieurs domaines : application de la loi, recherche et sauvetage, cartographie agricole, inspections industrielles, photographie aérienne, etc.

Et ensuite?

Dans l’ensemble du secteur des UAV, on met de plus en plus l’accent sur la réglementation, la sécurité, l’élaboration de politiques et la formation sur celles-ci. Les mesures prises pour simplifier et accélérer l’autorisation des vols en visibilité directe (VLOS) auront un effet immédiat et favorable sur les intéressés du secteur des UAS. Selon M. Aruja, l’adoption et l’application de règlements sur les vols hors visibilité directe (BVLOS) au Canada sont essentielles à la croissance du marché à long terme. « Il est clair que les activités hors visibilité directe ne prendront véritablement leur élan qu’avec le développement de la technologie de détection et d’évitement, mais encore faut-il d’abord préciser ce que ces systèmes doivent accomplir. »

Comment EDC peut vous aider

« EDC s’efforce de trouver des entreprises canadiennes novatrices à promouvoir auprès de son réseau d’acheteurs étrangers, et prévoit inclure les capacités en UAV dans la proposition de valeur d’exportation du Canada », indique Tomas Cabanillas, conseiller sectoriel en exploitation minière au Groupe du commerce mondial d’EDC. « Pour ce faire, nous collaborerons avec Systèmes télécommandés Canada et Affaires mondiales Canada. Les systèmes télécommandés et la robotique font partie des grandes tendances technologiques transformant divers secteurs. Ces segments canadiens gagnants devraient donc attirer l’attention à l’étranger. »

Catégories Technologies et télécommunications

Comments are closed.

Affichages connexes