« Il y a énormément de possibilités » : entretien avec Jason Field, président et chef de la direction de Life Sciences Ontario

« Il y a énormément de possibilités » : entretien avec Jason Field, président et chef de la direction de Life Sciences Ontario

Cette entrevue fait partie de la série sur le secteur des sciences de la vie.

Pour en savoir plus sur les débouchés à l’exportation pour les entreprises du secteur, lisez L’exportation au cœur du succès du secteur canadien des sciences de la vie.

Life Sciences Ontario est l’organisme porte-parole du secteur des sciences de la vie de la province. Exportateurs avertis s’est entretenu avec le président et chef de la direction de cet organisme, Jason Field, Ph. D. au sujet des principales caractéristiques de ce secteur.

Quels sont les occasions et les défis importants dans ce secteur?

Il y a énormément de possibilités. À titre d’exemple, deux entreprises américaines des biotechnologies, Amgen et Gilead, représentent à elles seules une capitalisation boursière supérieure à celle de toutes les entreprises minières canadiennes cotées à la TSX (1 300 sociétés). Le plus grand défi pour les entreprises en croissance est l’accès au capital de risque.

Combien y a-t-il d’entreprises canadiennes dans la fourchette cible, c’est-à-dire 50 millions de dollars de chiffres d’affaires et de 150 à 200 employés?

Notre portrait du secteur montre qu’environ 4 % seulement des entreprises ontariennes du secteur emploient plus de 100 personnes.

Quelles sont les caractéristiques d’une entreprise qui réussit dans ce secteur?

Un savoir considérable, une technologie innovatrice ou révolutionnaire et une bonne équipe de direction. Ces entreprises sont bien financées et clairement positionnées sur le marché.

Quelle place occupe l’exportation dans ce secteur?

L’exportation est très importante pour ce secteur. À l’échelle mondiale, le marché canadien est relativement petit, alors les entreprises doivent accéder aux marchés étrangers.

Les chaînes d’approvisionnement jouent-elles un rôle important dans ce secteur? Si oui, comment une entreprise canadienne peut-elle s’y intégrer?

Le secteur des sciences de la vie est diversifié, alors les chaînes d’approvisionnement le sont aussi. Mais de façon générale, elles sont importantes, et la meilleure façon d’y accéder est par le partenariat.

Avez-vous quelques conseils à donner aux PME de ce secteur?

Au Canada, accéder à du capital de croissance est difficile. Demandez des conseils à des entrepreneurs canadiens qui ont réussi. C’est facile de vous concentrer uniquement sur votre entreprise, mais il faut aussi vous investir dans votre communauté des sciences de la vie. En retour, vous obtiendrez du soutien.

À quoi peut s’attendre ce secteur d’ici un ou deux ans?

Je pense que le Canada fera des pas de géant au cours des prochaines années. Nous avons de nombreux atouts, et le gouvernement est résolu à développer l’économie de l’innovation. Je crois que les sciences de la vie vont influencer profondément les activités commerciales du Canada durant les prochaines années.

Catégories Sciences de la vie

Comments are closed.

Affichages connexes