Les exportateurs apprivoisent la gestion du risque

Les exportateurs apprivoisent la gestion du risque

Les entreprises qui exportent sont plus innovatrices, productives, rentables, et elles craignent moins le risque. Quatrième article d’une série de quatre sur l’exportation et la gestion du risque. Cet article, le troisième article d’une série de quatre sur l’exportation et rentabilité. (Voir également : 1ère partie – l’innovation2ème partie – la productivité3ème partie – rentabilité)

La société Creative Juiices exploite un créneau bien précis ‒ en offrant des services d’embouteillage, d’étiquetage et de mélange aux petites et moyennes entreprises de boissons qui ne disposent pas de leurs propres installations. Bien qu’elle ait connu du succès depuis sa fondation en 2011, c’est l’exportation qui a véritablement consolidé ses accomplissements.

Après avoir acquis la clientèle de quelques petites entreprises américaines, la société a sécurisé sa base opérationnelle, réduit au minimum son niveau de risque pour ainsi être libre d’explorer d’autres marchés partout aux États-Unis et au Canada.

Aujourd’hui, la société est l’embouteilleur d’un populaire produit « César » canadien et le fabricant américain d’un panaché à base de malt. Elle fait aussi la mise en bouteilles pour le compte de plusieurs petites cidreries et entreprises artisanales de soda.

« L’exportation représente la plus grande part de nos activités actuelles », affirme Terry Weishar, directeur des opérations de Creative Juiices. « Nos projets principaux qui ont contribué à notre essor prévoyaient tous des exportations aux États-Unis. Très peu de fabricants de co-emballage offrent ce que nous faisons, car nous répondons aux besoins de petits et moyens propriétaires de marques. J’ai visité un certain nombre d’usines aux États-Unis et au Canada, où beaucoup d’installations de coproduction sont très grandes, à capacité élevée. Notre propre capacité étant beaucoup moins grande, nous pouvons offrir nos services à des entreprises en démarrage pour des lots plus petits, et nous pouvons maintenir la capacité de leur entière production au gré du rayonnement de leur marque. »

Selon Todd Evans, directeur de groupe, Service de la recherche à Exportation et développement Canada (EDC), la résilience est vraiment une extension des autres avantages de l’exportation : « Une entreprise plus innovatrice, plus productive et plus rentable en soi et par ses propres moyens est une entreprise susceptible de mieux résister aux ralentissements des cycles économiques. »

Bill Currie, vice-président et directeur général pour l’Amérique à Deloitte, est du même avis.

« Les entreprises qui exportent, existent plus longtemps, dit-il. L’exportation réduit le risque dans le cours de leurs activités. Elle ne les met pas à l’abri des échecs, mais elle améliore leurs chances de réussite. »

M. Evans souligne qu’une entreprise qui établit des stratégies d’exportation éclairées s’expose beaucoup moins au risque sur les marchés internationaux. « Moins on se consacre à un seul produit sur un seul marché, plus on tend vers un meilleur équilibre, dit-il. Par contre, l’entreprise qui offre de multiples produits sur de nombreux marchés mènera des activités beaucoup plus diversifiées. C’est ce qui la rend plus résiliente et plus robuste. Le fait même d’avoir une telle présence à l’échelle internationale favorise son adaptabilité et sa souplesse. »

Le Canada, poursuit-il, est un très petit marché intérieur, aussi les entreprises qui s’implantent au-delà de ses frontières ont la possibilité de tirer parti des économies d’échelle.

« Si une entreprise se consacre largement à la recherche-développement de produits, il lui faut ce marché international pour amortir ce type d’investissements et d’activité sur un plus grand volume de ventes, précise M. Evans. L’ampleur de l’exposition au risque est un facteur déterminant de la réduction du risque. »

Une étude d’Industrie Canada renferme les mêmes conclusions générales. Selon cette étude, « [La] diversification [internationale] des exportations peut aider les entreprises à mieux résister aux chocs économiques dans les différentes régions et ainsi renforcer leur capacité de survie, en plus de rendre les entreprises canadiennes plus concurrentielles à l’échelle mondiale. »

Categories Services

Comments are closed.

Related Posts