Guitares Godin : simplifier sa chaîne d’approvisionnement pour devenir un chef de file mondial

Guitares Godin : simplifier sa chaîne d’approvisionnement pour devenir un chef de file mondial

En 1964, le groupe The Ventures lance de nouveau son tube instrumental de 1960, Walk, Don’t Run : la nouvelle version atteint la huitième position du palmarès. Cet événement consacre la guitare comme instrument de premier plan et contribue à façonner le son d’une nouvelle génération de guitaristes.

Et parmi eux se trouvait Robert Godin, de Montréal.

Vive le rock’n’roll!

Fasciné par le son de la guitare, Robert Godin rêve de devenir un grand musicien, mais comprenant que son talent n’est pas à la hauteur de sa passion, il décide plutôt de se consacrer au perfectionnement de l’instrument lui-même.

Stimulé par l’avènement du rock’n’roll, Godin commence à tester différentes façons d’adapter les guitares pour qu’elles répondent à leur nouveau rôle d’instrument principal. « À l’époque, les cordes de guitare étaient très grosses et difficiles à plier, explique-t-il. J’ai donc commencé à utiliser des cordes de banjo pour obtenir l’effet que je recherchais. »

Enfin installé dans une boutique de la rue Saint-Hubert, à Montréal, Godin personnalise et modifie des guitares et, au début des années 1970, il décide de construire un instrument à partir de zéro. « J’ai fait équipe avec un ancien fabricant de cadrages de fenêtre en bois de La Patrie, au Québec, et nous avons fabriqué quelques guitares, raconte-t-il. Elles étaient très rudimentaires, mais j’ai eu la piqûre pour la création des instruments. »

Sa passion pour la création de guitares devenant plus forte que tout, Godin vend sa boutique et investit tout ce qu’il possède dans la fabrication.

Visites impromptues

Ayant investi les bénéfices de la vente de sa boutique de guitares dans son entreprise de fabrication, Godin plonge jusqu’au cou dans l’autofinancement. « À la banque, ils nous prenaient pour une bande de hippies, se rappelle Robert Godin. Ils ne connaissaient pas l’industrie et hésitaient parce que la plupart de nos comptes clients étaient en dollars américains. »

L’argent est alors durement gagné par Godin, qui vend ses guitares à l’arrière de sa camionnette et fait des visites impromptues à des détaillants d’instruments de musique de tout le Nord-Est des États-Unis.

Grâce à la grande persévérance de Godin et à sa détermination à n’utiliser que des matériaux de la plus grande qualité, les guitares de Godin se font connaître rapidement dans les milieux musicaux, et d’autres occasions se présentent à lui.

Guitares Godin est aujourd’hui reconnue dans le monde entier pour les designs novateurs, la qualité et la sonorité de ses instruments.

L’innovation est essentielle

Guitares Godin compte six usines : cinq au Québec et une au New Hampshire. Utilisant les technologies de la robotique de pointe pour fabriquer ses produits avec précision, les usines se concentrent chacune sur quelques modèles précis d’instruments. Cette concentration permet d’optimiser l’efficacité, de réduire les erreurs de production et de fournir aux employés une compréhension globale de la minutie qui entoure la fabrication de chaque guitare.

Qu’il s’agisse de recréer des instruments traditionnels ou d’utiliser la plus récente technologie, Robert Godin est toujours à la recherche de façons d’innover. Il a récemment collaboré avec le Centre for Interdisciplinary Research in Music Media and Technology (CIRMMT) de l’Université McGill pour mettre au point une nouvelle technologie permettant d’analyser le style et le son de différents modèles de guitares.

Godin Direct

Godin approvisionne aujourd’hui la plupart de ses marchés internationaux directement à partir de ses six usines grâce à Godin Direct, son système maison de fabrication et de distribution.

« Le but était de beaucoup simplifier les canaux d’approvisionnement, explique Robert Godin. Avec Godin Direct, il n’y a qu’un seul système de tarification pour les distributeurs, et les marchands paient tous le même prix pour leurs produits. »

N’importe où dans le monde, les marchands peuvent commander des produits et s’attendre à recevoir leurs instruments, livrés directement à leur magasin à partir d’une des usines Godin, en deux jours et demi. « Nous avons obtenu un tarif extraordinaire de notre distributeur, dit Robert Godin en souriant. Mais nous avons dû leur garantir un énorme volume. »

Heureusement, le volume ne constitue pas un problème. Guitares Godin est en effet le plus important fabricant de guitares du monde, produisant environ 250 000 instruments par année sous six marques différentes : Godin, Seagull, Simon & Patrick, Art & Lutherie, Norman et La Patrie.

Sur le chemin de la réussite à l’exportation

Pour Robert Godin, l’un des facteurs essentiels pour réussir en tant qu’exportateur est l’acquisition de connaissances sur les marchés où vous expédiez vos produits. « Rendez-vous sur place, familiarisez-vous avez le marché et rencontrez les détaillants, explique Godin. En vous fiant uniquement à un distributeur outre-mer pour défendre vos intérêts, vous pourriez avoir beaucoup d’ennuis. »

Catégories En vedette, Fabrication

Comments are closed.

Affichages connexes