L’école Branksome Hall de Toronto exporte sa marque d’enseignement reconnue

L’école Branksome Hall de Toronto exporte sa marque d’enseignement reconnue

L’île de Jeju, en Corée du Sud, abrite les réseaux de tunnels de lave les plus impressionnants du monde, de longues plages de sable blanc et les légendaires Haenyo, des plongeuses qui fouillent en apnée les profondeurs de la mer à la recherche d’ormeaux, de conques et d’oursins.

Il y a trois ans, une école internationale pour filles y a été fondée par Branksome Hall, une école privée de Toronto qui enseigne aux filles depuis plus de 100 ans. Avec cette première école hors du Canada, Branksome Hall s’est jointe au groupe croissant d’écoles canadiennes qui exportent avec succès leur marque d’enseignement unique.

« L’occasion s’est présentée sous la forme d’une invitation du gouvernement sud-coréen, dont la priorité stratégique était de créer une ville anglophone sur l’île de Jeju », explique Karen Jurjevich, directrice de Branksome Hall à Toronto. « Au cœur de ce projet, il y avait une ville centrée sur l’éducation internationale. »

Pour trouver les bonnes écoles, le gouvernement s’est tourné vers le Boston Consulting Group, qui lui a remis une liste d’institutions canadiennes, américaines et britanniques. Branksome Hall figurait parmi les huit meilleures écoles au monde selon la société de conseil en gestion.

En octobre 2012, Branksome Hall Asia a accueilli sa première cohorte d’élèves dans un campus d’avant-garde qui marie les éléments naturels de l’île de Jeju, dont la roche volcanique, à des éléments inspirés du Canada, comme le bois d’œuvre. Le site compte notamment une piscine olympique, un centre culturel de 350 places, une académie de golf et un pavillon des sciences, des technologies, de l’ingénierie, des mathématiques et de l’art visuel à la fine pointe de la technologie.

La première année, l’école comptait 300 élèves. Aujourd’hui, elle en compte environ 700, soit seulement 200 de moins que sa contrepartie torontoise, et elle s’attend à voir le nombre d’élèves passer à 1 200 d’ici six à huit ans. Environ 75 % des élèves de Branksome Hall Asia sont coréennes; les autres viennent de Chine, d’Australie ou du Canada.

« La Corée représente la troisième source d’élèves en importance pour le Canada et l’éducation est l’une de nos principales exportations en Corée », souligne Eric Walsh, l’ambassadeur canadien en Corée. « Branksome Hall Asia illustre la réussite d’un exportateur de services d’éducation, et son succès témoigne du souhait du gouvernement coréen de ne s’associer qu’aux meilleurs. »

Un campus du 21e siècle construit sur des fondations centenaires

Lorsqu’elle a commencé à planifier la construction de sa première école hors du Canada, Branksome Hall a longuement réfléchi à la façon dont elle transplanterait sa marque bien connue et son approche, qu’elle perfectionne depuis plus d’un siècle, dans une région aussi éloignée, géographiquement et culturellement, de ses racines canadiennes.

D’entrée de jeu, souligne Mme Jurjevich, l’objectif n’était pas de faire un copier-coller de Branksome Hall Toronto, une école dont le campus, savant mélange d’histoire et de modernité, est situé en plein centre-ville. En effet, Branksome Hall Asia s’est plutôt installée sur un site du patrimoine mondial de l’UNESCO, un endroit éloigné qui fait le bonheur des touristes friands de nature.

Mme Jurjevich et son équipe ont collaboré avec MKPL Architects, un cabinet de Singapour, pour concevoir un campus qui réunissait les attributs physiques du nouveau site et l’histoire, les valeurs et les exigences du programme de Branksome Hall.

« L’architecte, qui possédait une grande expérience dans le domaine des institutions scolaires partout en Asie du Sud-Est, est venu passer quelques jours au Canada pour vraiment comprendre la culture d’une école pour filles et les traditions de Branksome Hall, se souvient Mme Jurjevich. Nous avons ainsi pu créer un campus qui répondrait aux besoins des élèves, mais qui marquerait le passage à l’éducation du 21e siècle à Branksome Hall Asia. »

Deux campus, une mission

S’il est vrai que les deux campus de Branksome Hall sont en tous points différents sur le plan du lieu et de l’architecture, ils reposent néanmoins sur les mêmes piliers, souligne Mme Jurjevich.

« La stratégie de Branksome Hall est fondée sur notre baccalauréat international et l’accent que nous mettons sur le bien-être et l’engagement international, ajoute-t-elle. Nous croyons que le croisement de ces trois priorités stratégiques forme un tremplin pour les diplômées de Branksome Hall, et c’est ainsi que nous définissons notre mandat en Corée. »

Sur le campus de l’île de Jeju, le programme de formation internationale de Branksome Hall tient compte de la culture coréenne, explique Peter Kenny, directeur de Branksome Hall Asia. Les élèves suivent des cours dans leur langue maternelle tous les jours, soit le coréen ou le chinois, mais toutes les instructions sont en anglais. L’apprentissage est basé sur la recherche et correspond au programme de Branksome Hall.

Branksome Hall Asia ne renie pas ses origines canadiennes, précise M. Kenny. Par exemple, l’école met l’accent sur le sport et le plein air. En octobre 2015, un groupe d’élèves de neuvième année de Branksome Hall Asia est venu passer quatre semaines au Canada.

En plus de passer du temps à Branksome Hall Toronto et de visiter quelques universités, les élèves coréennes ont eu droit à une semaine de canot-camping au parc Algonquin. Cet échange pour « vivre et apprendre » est un volet unique du projet de Branksome Hall Asia.

« En mars, nous recevrons 60 élèves de neuvième année de Branksome Hall Toronto, se réjouit M. Kenny. Dès 2018, ces échanges seront obligatoires pour toutes les élèves de Branksome Hall : les élèves de Toronto viendront nous visiter, et vice-versa. »

Croissance et grandes retombées dans la mire

En mai 2015, Branksome Hall Asia a vu sa première cohorte d’élèves de douzième année recevoir son diplôme. Chacune des 32 élèves a reçu un baccalauréat international bilingue et une offre d’au moins une université. Le groupe peut également être fier de sa moyenne générale de 35,2, soit plus de six points au-dessus de la moyenne mondiale de 29, se félicite M. Kenny.

« C’est génial de voir une institution canadienne bien établie renaître en Asie, avec les mêmes uniformes, la même vision, mais un campus et une culture bien à elle, fait-il remarquer. Avec cette réussite, je suis maintenant constamment inondé de demandes d’investisseurs et d’entrepreneurs qui souhaitent ouvrir une école Branksome Hall en Chine, à Hong Kong ou à Singapour. Peu importe la direction qu’emprunte Branksome Hall, je sais que sa présence à l’étranger continuera de croître et qu’elle aura des retombées encore plus grandes. »

 

Catégories Exportation

Comments are closed.

Affichages connexes