LJ Welding, d’Edmonton : « C’était important de miser sur l’exportation, même si les choses allaient bien ici. »

LJ Welding, d’Edmonton : « C’était important de miser sur l’exportation, même si les choses allaient bien ici. »

En innovant, LJ Welding a commencé par améliorer et accélérer le soudage dans le secteur canadien du pétrole et du gaz naturel, et le fait maintenant pour de nombreux secteurs dans plus de 40 pays.

La société edmontonienne conçoit et fabrique des systèmes de soudage automatisés et semi-automatisés pour donner un avantage concurrentiel à ses clients.

« En utilisant nos produits, le soudage et la production globale peuvent s’accélérer de 20 à 50 % », affirme Ryan Holt, le chef de l’exploitation de la société. « En plus d’accélérer le soudage, nos systèmes en améliorent grandement la qualité et réduisent le besoin de resoudage, très coûteux en matériaux et en temps. Ils aident ainsi les entreprises à demeurer concurrentielles. »

Depuis 2006, l’entreprise a multiplié ses revenus par plus de dix, et son effectif s’est élevé à 65 employés.

« Le soudage commençait à peine à s’automatiser il y a dix ans, et toutes nos activités se rapportaient au pétrole et au gaz naturel à l’échelle locale, soutient M. Holt. Mais nous avons commencé à proposer nos innovations et, rapidement, la moitié de nos activités étaient destinées aux États-Unis. »

Percer de nouveaux secteurs allant de l’énergie renouvelable à l’espace a stimulé les ventes à l’exportation. Aujourd’hui, elles génèrent la majorité des revenus de la société, qui a aussi des clients en Asie du Sud-Est, en Amérique du Sud et au Moyen-Orient. Parmi ses réalisations phares, LJ Welding a aidé un client à maîtriser le courant d’eau contaminé provenant du site de la centrale électronucléaire de Fukushima (Japon), suivant le tsunami de 2011.

En 2013, la société a reçu un prix albertain d’excellence en exportation.

« Exporter est présentement le cœur de nos activités, mais nous avions cette vision depuis longtemps, bien avant le ralentissement économique en Alberta. »

Il a été crucial d’établir et d’exécuter une stratégie d’exportation pour devenir prospères. « Nous estimions qu’il fallait miser sur l’exportation même si les affaires allaient bien ici, raconte M. Holt. C’était un parcours bien plus difficile que de se limiter à l’Alberta. Les temps ont changé, et nous y sommes mieux adaptés. »

LJ Welding utilise du marketing novateur pour trouver de nouveaux clients dans le monde, surtout du marketing ciblé dans les régions précises où de grands projets de construction ont été annoncés, comme les travaux de pipelines au Kazakhstan.

Le commerce international pose des défis et permet de tirer des leçons, notamment sur l’importance de gérer les attentes et de protéger sa réputation. M. Holt donne l’exemple d’un projet marquant en Égypte.

« C’était essentiellement des problèmes de communication et de dérive des objectifs. Nous avons fini par dépasser les attentes du client, mais nous en avons payé le prix, explique-t-il. Nous avons retenu qu’il faut bien gérer les communications et les attentes au début de chaque projet, surtout pour les projets d’exportation, qui comportent en soi plus de variables. Mais la production de résultats et une grande intégrité l’emportent sur tous les autres facteurs, car on ne peut rétablir une réputation détruite. »

M. Holt prévoit que la dévaluation du dollar canadien aidera LJ à accroître sa part du marché américain. Par ailleurs, la société cherche à miser sur le Mexique et le Moyen-Orient, tout en continuant d’élargir les débouchés sur tous les continents, sauf l’Antarctique.

« La mondialisation, c’est passionnant, soutient M. Holt. Des cultures, des industries et des façons de faire variées rendent les choses intéressantes et nous aident à diversifier nos activités. Nous percevons chaque projet d’exportation comme une nouvelle aventure. Toujours, il faut respecter les autres cultures, être patient et prêt à réagir aux surprises. »

Quand on lui demande de résumer le parcours d’exportation de la société, M. Holt n’hésite pas : « Ça vaut la peine. Malgré les maux de tête fréquents et les changements importants dans l’économie locale, l’exportation a aidé l’entreprise à se développer et à bâtir sa renommée internationale. »

Apprenez-en plus sur le parcours d’exportation de Ryan Holt.

Catégories Exportation

Comments are closed.

Affichages connexes