La Mongolie : prochain marché des exportateurs canadiens?

La Mongolie : prochain marché des exportateurs canadiens?

Malgré la grande distance qui les sépare, le Canada et la Mongolie ont beaucoup en commun.

Les deux pays sont dotés d’un territoire immense et d’une population clairsemée. Ils ont tous deux des paysages grandioses, des plaines magnifiques et des montagnes au pied desquelles s’étendent des contreforts et des prairies, que le peuple mongol appelle les « steppes ».

« La Mongolie recèle un potentiel immense pour les exportateurs canadiens, explique le directeur régional principal d’Exportation et développement Canada, Leonid Eliseev. Ce pays a des besoins énormes en investissements dans l’infrastructure, tant au chapitre des routes et des aéroports que des infrastructures minières et de production d’électricité ».

Le besoin le plus criant de la Mongolie réside cependant dans son secteur agricole, un autre grand domaine d’intérêt commun avec le Canada. L’agriculture mongole, qui compte pour 20 % du produit intérieur brut du pays, est diversifiée et essentielle à l’avenir du pays; c’est pourquoi le gouvernement mongol y accorde tant d’importance.

« Le gouvernement canadien comprend les difficultés rencontrées par le secteur agricole de la Mongolie et prend des mesures pour les aborder, déclare Oyundari Galsandorj, délégué commercial pour le Canada à Oulan-Bator, capitale de la Mongolie. Il a mis en place des programmes destinés à aider les agriculteurs à améliorer leur production de façon durable, à assurer la sécurité alimentaire du pays et à améliorer son autosuffisance sur le plan alimentaire. »

Dans ce contexte, EDC a récemment conclu une entente de financement de 7 millions de dollars américains avec la troisième banque en importance du pays, la Golomt Bank. Ce financement permettra d’acheter l’équipement de qualité qui fait tant défaut en Mongolie, tout en aidant une économie émergente à atteindre ses objectifs industriels et en multipliant les possibilités de croissance pour les entreprises canadiennes.

« Le financement se fera en plusieurs versements, dont certains d’aussi peu que 50 000 $, pour favoriser les achats auprès d’exportateurs canadiens, indique Marie Poulin, associée du Groupe de l’infrastructure d’EDC. Beaucoup de PME canadiennes pourront ainsi y trouver leur compte. »

L’encre des signatures est à peine sèche que déjà de nouvelles perspectives d’affaires se dessinent à l’horizon.

« Il paraît que de nombreux exportateurs s’informent et essaient d’entrer en relation avec des acheteurs, indique Leonid Eliseev, et nous espérons pouvoir contribuer à la création de telles relations dans l’avenir. »

Le Service des délégués commerciaux du Canada (SDC) y voit également un terreau fertile pour les occasions d’affaires. La machinerie et l’équipement, en particulier pour les travaux de conservation du sol, ainsi que les systèmes d’irrigation sont quelques domaines où la demande est manifeste.

« Une grande partie de la Mongolie est constituée de terres arables qui présentent un microclimat similaire à celui du sud de l’Alberta et de la Saskatchewan et des besoins technologiques analogues, affirme Oyundari Galsandorj. Mais nous nous intéressons aussi beaucoup à la culture en serre, qui permet d’allonger la période de croissance de plantes potagères comme la tomate, le concombre et le poivron. »

L’an dernier, les Canadiens ont exporté pour plus de 8 millions de dollars en Mongolie, et l’intérêt des Mongols pour le Canada ne cesse de croître. Le SDC indique que la Mongolie s’intéresse actuellement à de nouveaux fruits et à de nouveaux équipements de transformation. La commercialisation de la cerise acide, de l’amélanche, de la framboise et de la fraise est notamment envisagée.

Évidemment, il existe plusieurs moyens de s’aventurer dans la steppe mongole. Voici quelques trucs que vous suggère le SDC.

  • Demeurez à l’affût des événements, comme le Western Canada Farm Progress Show en juin et l’Agribition en novembre, à Régina. Ces deux événements sont une excellente occasion d’explorer de nouveaux débouchés.
  • Ayez une stratégie à long terme. Tâchez de brosser un portrait global de la situation, de connaître les principaux acteurs et de savoir comment s’y prennent vos concurrents.
  • Trouvez de bons agents locaux ou des partenaires.
  • Vous planifiez un voyage en Mongolie? Communiquez avec le Service des délégués commerciaux du Canada pour obtenir des conseils avant votre départ.

Pour en savoir plus sur la façon de faire des affaires en Mongolie, communiquez avec EDC. Nous vous aiderons à mieux connaître le marché et vous présenterons les outils de gestion des risques et les solutions d’assurance et de financement qui s’offrent à vous.

Catégories Asie-Pacifique

Comments are closed.

Affichages connexes