Nager sans shorts dans un monde inondé de liquidités : le risque d’exposition des actifs non protégés

Nager sans shorts dans un monde inondé de liquidités : le risque d’exposition des actifs non protégés

Exportation et développement Canada lance le numéro du printemps de l’Analyse trimestrielle des risques-pays, un aperçu global des risques-pays destiné aux exportateurs.

Dans le numéro du printemps 2015 de l’Analyse trimestrielle des risques pays, Stuart Bergman, économiste en chef adjoint et directeur de groupe du Centre d’information économique et politique , discute des effets secondaires risqués de l’assouplissement quantitatif.

« Il y a six ans, le monde – sur le point de glisser dans l’abîme économique le plus profond depuis la Grande Crise – a été sauvé par une vague d’une puissance inédite de mesures coordonnées de relance publiques », observe Stuart. « Entre autres choses, les banques centrales de la planète ont ouvert les vannes et laissé déferler un flot de liquidités grâce auquel l’économie mondiale aux abois a pu gagner des rivages plus hospitaliers. L’un des effets inopinés de l’assouplissement quantitatif fut le changement de destination des investissements en liquidités, soit des actifs sûrs vers des actifs plus risqués – notamment des obligations sur les marchés émergents, des opérations de spéculation sur le taux de change, les marchés des actions et diverses catégories de produits de base. »

Catégories Exportation

Comments are closed.

Affichages connexes