Nouvel outil futé pour promouvoir le commerce du Canada

À l’ère du numérique, il est facile d’être submergé par les données. La technologie nous donne la capacité – et l’envie – de créer des volumes sans cesse plus grands de données. En raison de l’augmentation exponentielle du commerce mondial depuis 30 ans, les instituts de statistique dans le monde doivent faire un examen toujours plus approfondi du mouvement des activités d’import et d’export. Le Canada n’a pas échappé à cette tendance. Comme nous sommes davantage tributaires de notre commerce extérieur que la moyenne des nations, nous avons beaucoup investi dans l’analyse des statistiques commerciales. Pour le non-initié ou l’analyste, ce déluge d’informations a de quoi intimider. Comment trier et déchiffrer toutes ces données?

Les exportateurs canadiens se sont déjà exprimés à ce sujet. Malgré le libre accès à des informations brutes, nous constatons qu’il faut organiser et faire une analyse cohérente solide de cette myriade de données – et ce, bien avant la conduite d’activités commerciales. Cela est d’autant plus vrai quand les firmes canadiennes décident de s’implanter hors de leurs marchés traditionnels. En tant que nation commerçante, nous réalisons le gros de nos échanges avec un marché qui, plus que tout autre, ressemble au nôtre. À vrai dire, s’établir sur un marché où la culture, la langue, les coutumes, les lois et d’autres éléments moins perceptibles sont différents n’était pas vraiment notre tasse de thé… jusqu’à tout récemment. En 2000, les marchandises canadiennes expédiées vers les marchés émergents représentaient à peine 5 % de nos exportations totales. En 2008, ce taux avait plus que doublé, passant à 12 %. La récession a sans doute modifié cette progression, mais en 2013 cette part avait bondi à 15 %. Et à en juger par la croissance dynamique des marchés émergents, ce taux devrait encore augmenter – tout comme la nécessité de pouvoir accéder à une information claire précisant tous les éléments pertinents à propos de marchés lointains.

Consciente de ce besoin, Exportation et développement Canada apporte d’importants changements à son approche envers les exportateurs canadiens. En effet, nous développons en ce moment toute une gamme de produits axés sur le savoir. Nous croyons que cette gamme aidera les exportateurs canadiens à percer, croître et réussir à l’étranger.

Voici l’un des outils dont vous pouvez tout de suite faire l’essai. Deux fois l’an, EDC publie ses Prévisions à l’exportation. Je me trouve d’ailleurs au beau milieu d’une tournée s’arrêtant 13 villes canadiennes afin de présenter les prévisions les plus récentes d’EDC. Dans le cadre de la tournée, nous avions l’habitude de publier un document volumineux et d’une lecture un peu imposante, qui était accompagné d’un sommaire comportant des sections d’une page traitant de divers thèmes, régions ou industries. Ce document a fait place à une plateforme Web plus conviviale et attrayante (cliquez ici pour la découvrir).

À la page d’accueil, dans la partie supérieure, on trouve un menu déroulant donnant accès à 29 secteurs industriels, dont les services. Lorsque vous cliquez sur le secteur de votre choix, vous verrez s’afficher une page facile à lire, mais regorgeant d’informations d’intérêt. À gauche, il y a un résumé des prévisions sectorielles et, plus bas, les prévisions des exportations pour ce secteur pour les deux prochaines années, notamment pour les marchés développés et émergents. Encore plus bas, vous trouverez les exportations pour toutes les destinations internationales.

Maintenant, la fonctionnalité la plus futée : à droite, vous apercevrez une carte du monde. Survolez un pays avec le curseur de la souris, et vous verrez s’afficher les exportations canadiennes vers ce pays pour la dernière année complète de données (soit 2016, pour cette édition). Mais il y a encore plus intéressant. Cliquez sur le pays pour découvrir sous la carte une représentation visuelle détaillant les données sur la répartition des ventes internationales vers cette destination, par produit de ce secteur. Si Statistique Canada a les données sur ce pays, elles seront assurément présentées sur la carte.

Souvent, les données de base constituent le point de départ des entreprises curieuses en quête de débouchés internationaux. Or, notre outil indique rapidement le lieu et l’intensité de l’activité, du moins dans un horizon à court terme. Est-elle en hausse, stationnaire ou en déclin? Évolue-t-elle de la même façon sur les marchés développés et dans le monde émergent? Certains produits se vendent-ils mieux dans certaines régions? L’outil donne instantanément une vue d’ensemble impressionnante – et fiable. Nous vous invitons à en faire l’essai.

Conclusion?

Les données peuvent, au mieux, être une source de confusion et, dans le pire des cas si elles sont mal comprises, mener à la prise de décisions commerciales très coûteuses sur la scène internationale. Cet outil vous aidera à y voir plus clair et vous donnera – en un clic de souris – les réponses à bon nombre de questions liées à l’exportation. Nous espérons que vous ferez l’essai de cet outil, et que vous l’ajouterez à votre boîte à outils d’exportateur.

Catégories Propos de la semaine

Comments are closed.

Affichages connexes