L’Ontario récolte les bénéfices de la reprise américaine et d’un huard plus faible

L’Ontario récolte les bénéfices de la reprise américaine et d’un huard plus faible

L’Ontario demeure la première province exportatrice, contribuant à plus d’un dollar sur les trois dollars gagnés par le Canada en vendant des biens et des services à l’étranger. Puisque les exportations stimulent la croissance économique globale du Canada, le dynamisme soutenu et vigoureux des exportations ontariennes est une excellente nouvelle pour l’ensemble de la population canadienne. Et les bonnes nouvelles abondent, comme le montre la dernière livraison des Prévisions à l’exportation d’EDC.

L’Ontario est assurément l’un des grands bénéficiaires de la faiblesse du dollar canadien et de la détente des cours pétroliers, des facteurs qui ont fait passer le pôle de la croissance des exportations canadiennes vers le centre de l’activité manufacturière du pays. De plus, l’économie très diversifiée de la province profite d’une reprise qui se confirme aux États-Unis. D’ailleurs, l’Ontario tire près de 80 % de ses recettes d’exportation du marché américain, où le taux de change favorable procure à bon nombre d’entreprises ontariennes un avantage concurrentiel sur les prix.

La croissance générale des exportations en 2015 est en bonne voie d’atteindre le robuste taux de 11 %. Cette croissance est alimentée par un regain considérable de l’activité du secteur des véhicules automobiles et des pièces. L’industrie des métaux, des minerais et des autres produits industriels, représentant plus d’un dollar sur les cinq dollars gagnés par l’Ontario grâce à ses exportations, affiche une croissance de 7 %. Pour sa part, le secteur des produits chimiques et des plastiques connaît une croissance de 8 %.

L’élan se maintiendra en 2016, mais le dynamisme ne sera pas aussi important que celui de cette année puisque l’effet d’un huard affaibli commencera à se modérer. Cela dit, les ventes de véhicules à destination des États-Unis devraient demeurer à des sommets pendant plusieurs années, ce qui devrait éperonner une croissance de 4 % des exportations de ce secteur cette année, alors qu’elle se situe déjà à des niveaux plus élevés. La croissance du secteur des métaux de l’Ontario, notamment le solide dynamisme des exportations aurifères malgré le repli des cours, se traduira par des gains de 7 %; pour sa part, le secteur des produits chimiques et des plastiques enregistrera lui aussi une croissance de 7 % l’an prochain.

D’après EDC, les exportations globales de l’Ontario devraient inscrire une vigoureuse croissance de 6 % en 2016, de nouveau grâce à la robuste demande américaine dans trois pans de l’économie : la hausse des dépenses de consommation, l’activité accrue du marché du logement et les sévères contraintes de capacité du côté des entreprises américaines qui, pour remédier à cette situation, importent pour répondre à la demande. Encore une fois, les éléments positifs pour l’Ontario le seront aussi pour le reste du Canada étant donné que la progression des exportations de la province jouera un rôle déterminant pour porter à 2,3 % la croissance du PIB global du Canada l’an prochain.

Si vous désirez en savoir plus au sujet des perspectives pour les exportations de l’Ontario ou d’autres provinces, consultez les Prévisions à l’exportation de l’automne 2015. Vous y trouverez aussi un résumé des principaux facteurs influant sur l’économie mondiale.

Catégories Exportation, Prévisions à l'exportation

Comments are closed.

Affichages connexes