« S’assurer convenablement pour gérer les risques qu’on ne peut maîtriser » : le parcours d’exportation de Pierre‑Marc Sarrazin

« S’assurer convenablement pour gérer les risques qu’on ne peut maîtriser » : le parcours d’exportation de Pierre‑Marc Sarrazin

Pierre-Marc Sarrazin est vice-président, Finances et trésorerie d’Ovivo – un fournisseur mondial de systèmes, de technologies et d’équipement de traitement des eaux établi à Montréal.

Découvrez son parcours d’exportation réussi.

M. Sarrazin est chargé du financement, des relations avec les investisseurs et des opérations de trésorerie à l’échelle mondiale. Depuis qu’il s’est joint à l’entreprise en 2011, il a dirigé la mise en place de multiples conventions de prêt internationales, en plus de jouer un rôle déterminant dans la vente de la division des pâtes et papiers.

Quand et pourquoi avez-vous commencé à envisager l’exportation?

Nous exportons depuis des décennies. Actuellement, plus de 95 % de nos ventes viennent de l’étranger. Vu notre renommée internationale et nos produits exclusifs, l’exportation est vitale pour Ovivo. Nous vivons de cette envergure mondiale et nous l’utilisons pour nous démarquer de la plupart de nos concurrents.

En tant qu’exportateur, par où êtes-vous passé pour en arriver là où vous êtes?

Percer les marchés internationaux est dans la nature d’Ovivo/GLV : l’entreprise s’est construite par des acquisitions à l’étranger et la vente d’équipement dans le monde.

Quelle est la plus grande différence entre faire affaire au Canada et à l’étranger? Comment vous êtes-vous adapté?

Nous utilisons notre plateforme mondiale pour servir et suivre nos clients internationaux de confiance, là où se déroulent leurs activités. Bien sûr, travailler à l’étranger comporte son lot de défis, mais apporte aussi des débouchés extraordinaires comme celui de reproduire nos réussites dans différents pays et de faire profiter mutuellement nos équipes d’experts du monde entier de leur savoir-faire et de leur expérience.

Quelle est la meilleure leçon que vous avez tirée d’une mauvaise expérience d’exportation?

Il faut gérer les risques. EDC propose d’excellents produits pour accompagner les entreprises à l’étranger. La situation géopolitique peut changer rapidement. Il est donc important de s’assurer convenablement pour gérer les risques qu’on ne peut maîtriser.

Quel est le principal atout de l’exportateur?

Un mélange d’ouverture aux débouchés des marchés étrangers et de prudence à l’égard des risques supplémentaires. Côté prudence, EDC peut s’avérer un partenaire extraordinaire à l’étranger pour tous les exportateurs.

Catégories Exportation

Comments are closed.

Affichages connexes