Perspective régionale : Le Brésil

Perspective régionale : Le Brésil

Née au Brésil, je regarde ce pays à la lumière de mon expérience de grande voyageuse et je suis toujours émerveillée par sa beauté, sa vitalité et ses immenses possibilités de commerce et d’investissement. C’est vraiment un pays où il fait bon vivre et travailler.

Pour les entreprises canadiennes, cela signifie stabilité économique et politique, risque infime de violence politique et ouverture à l’investissement étranger.

Le Brésil en bref :

  • 45e pays au monde par sa superficie; 7e selon son PIB
  • Plus de 200 millions d’habitants
  • Principaux partenaires commerciaux : États-Unis, Chine, Argentine
  • Commerce bilatéral avec le Canada (2012) : plus de 6 milliards de dollars
  • Investissement direct canadien au Brésil (2011) : près de 10 milliards de dollars

De nombreux secteurs recherchent l’expertise canadienne : celui du pétrole et du gaz évidemment, surtout pour les vastes réserves extraterritoriales, mais aussi, de plus en plus, pour les activités territoriales. EDC finance les investissements de Petrobras au Brésil et ailleurs, notamment en Argentine et aux États-Unis, afin de promouvoir l’approvisionnement en biens et services canadiens sur ces marchés.

L’activité minière est également énorme ici, et EDC participe à de nombreuses transactions entre les exportateurs canadiens et Vale pour les activités de cette société au Brésil, mais aussi au Canada, au Mozambique et au Pérou.

Mais ce grand pays a tellement d’autres secteurs à exploiter : des télécommunications aux transports – ferroviaire, métropolitain, routier, aéroportuaire, portuaire – en passant par l’électricité et le traitement des eaux usées, entre autres infrastructures. C’est d’autant plus important à l’approche de la Coupe du monde de la FIFA 2014 et des Jeux olympiques de 2016, car d’autres projets sont liés à ces événements sportifs, comme les sites, les hôtels et la sécurité.

Je collabore étroitement avec mes collègues d’EDC, et avec les délégués commerciaux du Canada au Brésil – et en Uruguay, au Paraguay et en Argentine – afin d’aider nos clients présents ici à étendre leurs chaînes d’approvisionnement et d’explorer de nouveaux créneaux pour tous les exportateurs canadiens, que nous jumelons avec des sociétés locales intéressées.

Sensibilité culturelle et linguistique

Les Brésiliens sont un peuple fier… et je dois admettre que faire des affaires ici comporte certains défis. Même si, à mon avis, l’écart culturel entre le Brésil et le Canada n’est pas énorme, l’état d’esprit entrepreneurial peut être bien différent. Ainsi, le Brésil est encore largement tourné vers l’intérieur et son économie est relativement fermée par rapport au Canada, ce qui entraîne plus de complexité sur les plans bureaucratique, fiscal et juridique.

Il faut donc se concentrer sur les rendements à long terme, qui peuvent être très gratifiants, même s’il faut souvent attendre longtemps avant de signer un contrat – ce qui, tout en étant plus difficile pour les petites entreprises, est cependant loin d’être impossible.

Pour surmonter les barrières culturelles, il importe de forger des relations à long terme et même peut-être d’établir une coentreprise ou d’acquérir une compagnie locale, car le respect des lois et des coutumes locales est ainsi mieux assuré. Il est généralement conseillé de travailler avec quelqu’un qui parle portugais, que ce soit un employé ou un représentant local fiable qui connaît bien le marché.

Je travaille avec de nombreuses compagnies canadiennes qui l’ont bien compris. Ainsi, la plupart des grandes firmes d’ingénierie canadiennes ont des bureaux sur place. L’an dernier, le Groupe canadien Hatch a acquis la brésilienne MEK Engenharia pour couvrir le secteur de l’électricité en Amérique latine.

Nous servons aussi des PME en expansion, comme Alscott Air Systems Limited d’Ottawa, qui fournit des systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation pour les bateaux et les plateformes pétrolières et gazières, et qui a récemment formé une coentreprise avec une compagnie brésilienne.

Je l’ai mentionné au début : ce pays regorge d’activités. Até breve – à bientôt!

Fernanda de A. Custodio, Directrice régionale principale, Représentation d’EDC au Brésil, en poste à Rio de Janeiro

Catégories Amérique centrale et du Sud, Conseils régionaux

Comments are closed.

Affichages connexes