Présence marquée du Canada au Forum sur le secteur climatique de l’IFC 2014

Présence marquée du Canada au Forum sur le secteur climatique de l’IFC 2014

Les observations de Lynn Côté d’EDC sur les débouchés qu’offre la Chine aux éco-entreprises, dans la foulée de sa récente participation au Forum sur le secteur climatique de l’IFC à Hong Kong.

Les problèmes environnementaux de la Chine ont été amplement démontrés : la pollution de l’air y est visible à l’œil nu, les indicateurs de la qualité de l’air atteignant souvent des niveaux dangereux, sans compter les graves problèmes de désertification et de pollution de l’eau.

Conscient de la nécessité d’agir, le gouvernement chinois s’est donné pour objectif de faire passer la part de l’énergie du pays provenant de sources renouvelables à 20 % d’ici 2020. Les investissements seront donc importants, offrant de nombreux débouchés dans ces secteurs d’expertise canadienne. Le Canada abrite en effet un grand nombre d’éco-entreprises de calibre mondial à même d’aider la Chine à surmonter ses problèmes environnementaux. Nombre d’entre elles ne savent toutefois pas comment s’y prendre pour percer un marché aussi vaste, complexe et intimidant.

Ce forum vient dans la foulée d’un accord sur le climat conclu entre les États-Unis et la Chine en vertu duquel les deux plus grandes économies et deux plus grands émetteurs de gaz à effet de serre se sont engagés à réduire leurs émissions de carbone et leurs gaz à effet de serre, et à s’attaquer au changement climatique. On s’attend donc à un boom dans le secteur de l’énergie renouvelable.

Les équipes responsables des technologies propres et de la Chine à Exportation et développement Canada (EDC) se sont donc associées à Technologies du développement durable Canada (TDDC) et au ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement (MAECD) afin d’aider le savoir-faire canadien à se tailler une plus grande place sur le marché chinois. La mission à Hong Kong et Beijing d’octobre dernier a été le point culminant de cette collaboration. À Hong Kong, la mission s’est articulée autour du Forum sur le secteur climatique de l’IFC, un événement annuel qui porte sur les questions climatiques touchant le commerce et réunit des gens d’affaires du monde entier. Plusieurs éco-entreprises canadiennes nous y ont accompagnés afin de participer à des panels et de rencontrer certains des grands acteurs chinois de l’industrie.

Cette année, le forum était axé sur l’Asie-Pacifique et la présence du Canada y a certainement été remarquée puisque EDC et CIBC en étaient les principaux commanditaires. À mon avis, l’un des moments forts a été le discours de Tom Rand, Ph. D. et associé directeur chez ARCTERN Ventures (auparavant MaRS Cleantech Fund), un fonds privé offrant du capital-risque de démarrage à des entreprises qui développent des concepts révolutionnaires dans le secteur des écotechnologies. Croyez-moi, lorsque M. Rand prend la parole, on l’écoute. Il s’est entretenu des raisons pour lesquelles les gens acceptent mal la réalité des changements climatiques et sur ce qui devrait faire réfléchir les investisseurs et la société civile en général, un sujet qu’il aborde dans son livre « Waking the Frog ».

Dans l’ensemble, plus de 100 rencontres entre des entreprises canadiennes et chinoises ont eu lieu. Non seulement les participants canadiens en ont-ils tiré une meilleure compréhension des besoins et des pratiques commerciales du marché, ils ont aussi pu établir des liens avec certains grands acteurs chinois, dont beaucoup ne connaissaient pas l’étendue de l’expertise canadienne dans ce secteur.

EDC s’est donné pour objectif d’aider un plus grand nombre d’entreprises canadiennes à percer le marché chinois des technologies propres et nous espérons y avoir contribué grâce à cet événement.

Catégories Ecotechnologies, Perspectives sectorielles

Comments are closed.

Affichages connexes