La fermeté de la demande envers les exportations canadiennes hors ressources ouvre la voie à la croissance à l’export en 2016

La fermeté de la demande envers les exportations canadiennes hors ressources ouvre la voie à la croissance à l’export en 2016

Prévisions à l’exportation d’EDC pour 2016 : les États-Unis, l’Inde et la Chine sont des marchés porteurs

Que réserve 2016 aux exportateurs canadiens? Deux fois l’an, l’équipe des Services économiques d’Exportation et développement Canada (EDC) s’évertue à répondre à cette question dans ses Prévisions à l’exportation – une analyse détaillée de ce à quoi les entreprises exportatrices canadiennes peuvent s’attendre au cours des prochaines années.

Prévisions printemps 2016La livraison du printemps 2016 des Prévisions, publiée aujourd’hui, présente des perspectives prometteuses pour nos exportations cette année et l’an prochain. La vivacité de la demande envers les exportations manufacturières canadiennes participera à une augmentation sensible de la croissance à l’export dans trois secteurs d’importance : les biens de consommation (+14 %), l’aéronautique (+13 %) et l’automobile (+10 %).

L’élan de l’économie américaine : une bonne nouvelle pour les exportations hors ressources

L’accélération de l’économie américaine est une bonne nouvelle pour les exportateurs canadiens, car c’est surtout cette impulsion qui renforcera la demande. Fort de la progression du marché de l’emploi et des salaires, des dépenses de consommation accrues et de nouveaux investissements par les entreprises, le marché américain continuera d’être la première destination des exportateurs canadiens, en particulier ceux des secteurs hors ressources. Ces prévisions favorables sont aussi étayées par un huard moins gaillard qui confère aux exportateurs un avantage lorsqu’ils vendent aux États-Unis.

Rebond de l’énergie et des industries des ressources en 2017

L’économie diversifiée du Canada devra aussi surmonter des obstacles cette année. Dans son rapport, EDC précise que certains secteurs à l’export resteront exposés à des tensions. Ce sera nommément le cas des exportations de la filière énergétique qui subira un ressac (-14 %) provoqué par l’atonie persistante des cours du pétrole brut et du gaz naturel. D’autres secteurs à l’export s’orienteront aussi à la baisse : les engrais (- 5 %) de même que les produits chimiques et les plastiques (-1 %). Ces secteurs devraient cependant orchestrer un redressement en 2017.

« Les difficultés confrontant les exportateurs canadiens des industries de l’énergie et des ressources se prolongent au-delà de l’intervalle défini par la plupart des prévisionnistes en raison du maintien de faibles cours énergétiques et d’une croissance moins solide dans d’autres régions du monde. Or, le vent devrait commencer à tourner en 2017 », a déclaré Peter Hall, économiste en chef d’EDC.

Les provinces abritant un dynamique secteur manufacturier se porteront bien

D’après EDC, les provinces abritant une économie diversifiée et un secteur manufacturier dynamique réaliseront une belle performance cette année. Ainsi, l’essor des exportations de l’Ontario devrait gagner de 7 % et celui de la belle province de 5 %. Toutefois, les provinces fortement tributaires des exportations énergétiques, notamment l’Alberta et Terre-Neuve-et-Labrador, assisteront à nouveau à des reculs qui atteindront respectivement 10 % et 11 %. Dans ces deux provinces, les exportations seront sensiblement plus vigoureuses en 2017, à la faveur de la hausse des cours énergétiques et du volume des exportations.

L’exportation, source de multiples débouchés

Certaines régions de l’économie mondiale continueront de connaître de la volatilité, certes, mais d’autres recèleront des occasions de croissance. « De riches et multiples occasions se dessinent pour les exportateurs canadiens, et ce, même si les cours en berne de l’énergie et d’autres produits de base ont quelque peu voilé le tableau plutôt encourageant des exportations », a souligné M. Hall. « Au-delà des États-Unis, on compte plusieurs marchés porteurs pour les exportateurs canadiens, en particulier les marchés asiatiques comme la Chine et l’Inde. Dans ces deux pays, la croissance dépassera la barre des 6 %. Les exportateurs doivent cependant privilégier une approche stratégique pour profiter au maximum des débouchés offerts par ces marchés. »

Catégories Exportation

Comments are closed.

Affichages connexes