Que signifie l’élection américaine pour les exportateurs? Exportateurs avertis s’entretient avec Rob Pelletier d’EDC

Que signifie l’élection américaine pour les exportateurs? Exportateurs avertis s’entretient avec Rob Pelletier d’EDC

La campagne électorale américaine a été qualifiée de sans précédent, d’incroyable et de déplorable, à quoi il faut maintenant ajouter « lourde de conséquences ». C’est pourquoi nous avons interrogé trois experts sur les conséquences qu’aurait une victoire de Donald Trump ou d’Hillary Clinton pour les exportateurs, et sur les mesures que ceux-ci devraient prendre selon les résultats.

Voici l’avis de Rob Pelletier, représentant en chef pour les États-Unis à Exportation et développement Canada.

Que signifierait une victoire de Mme Clinton pour les exportateurs?

Plusieurs éléments du discours de la sénatrice Clinton sont inquiétants pour les exportateurs, notamment ses intentions concernant l’ALENA et le Partenariat transpacifique (PTP). On ressent une certaine réticence de sa part quant au PTP.

Que changerait-elle concrètement si elle était élue? Les bureaux satellites du département du Commerce américain, présents aux quatre coins du Canada, sauront répondre à vos questions. Ils vous aideront à comprendre les conséquences d’une victoire de Mme Clinton au fur et à mesure que les priorités du gouvernement se précisent.

Demeurez critique par rapport à ce que vous lisez, et restez optimiste tant que vous n’entendez pas parler d’incidences précises pour votre secteur. Toutes les élections donnent lieu à des discours et des débats, mais leur résultat est habituellement bénéfique pour les gens et l’économie. Soyez patient, attendez les résultats, puis faites les modifications qui s’imposent. Rassurez-vous, les entreprises canadiennes sont résilientes et les marchés seront toujours là.

Que signifierait une victoire de M. Trump pour les exportateurs?

Je peux difficilement me prononcer, car M. Trump a présenté très peu de mesures concrètes et s’en est surtout tenu aux grandes lignes.

Cela dit, son antagonisme envers le Mexique est inquiétant, car les trois pays liés par l’ALENA sont unis par des chaînes d’approvisionnement extrêmement complexes – notamment dans le secteur de l’automobile. Après l’élection, toute décision relative au commerce entre les États-Unis et le Mexique aura des répercussions au Canada, puisque les entreprises canadiennes ont d’importants investissements dans plusieurs secteurs de l’économie mexicaine.

La bonne nouvelle, c’est que les entreprises que je représente et conseille préfèrent préparer des plans d’urgence plutôt que de mettre fin à leurs activités. Rien n’indique qu’elles comptent réduire leurs dépenses, et les affaires suivent leur cours normal. Elles ne repoussent pas leurs projets, et personne ne m’a dit attendre le 8 novembre avant d’entreprendre des activités. Cela dit, l’annonce du vainqueur aura certainement un effet sur les marchés et les entreprises.

Ce qui me rassure et me rend optimiste, c’est que les liens commerciaux qui unissent les pays d’Amérique du Nord ne datent pas d’hier. Leur codépendance économique ne s’évaporera pas le 9 novembre.

Que devraient faire les exportateurs canadiens, peu importe le vainqueur?

Consultez des experts. Si vous avez des plans d’avenir bien définis, EDC peut, par exemple, vous aider à atténuer les risques. Mon conseil : ne vous attardez pas trop à la rhétorique.

En cas de changements aux tarifs douaniers, je vous conseille de communiquer avec les personnes qui peuvent vous aider. Toutefois, les liens économiques sont si solides et si importants que je ne peux les imaginer disparaître, peu importe le vainqueur.

Le lien qui unit Exportation et développement Canada et la International Trade Commission des États-Unis n’a jamais été aussi fort. Les États-Unis ont des représentants partout au Canada qui aident les entreprises canadiennes à effectuer leurs premières exportations au sud de la frontière. Je crois que tout le monde s’entend pour dire que ce travail est bénéfique pour l’économie américaine, et il n’y a aucune raison pour que ça cesse.

Nous collaborons aussi beaucoup avec Select USA. Nous parrainons leurs événements et prenons la parole durant ceux-ci. Un événement aura d’ailleurs lieu à Montréal en décembre. Il s’agit d’un atelier d’une journée sur les occasions de croissance s’offrant aux entreprises canadiennes et les meilleurs moyens pour les saisir. L’ambassadeur des États-Unis, Bruce Heyman, sera présent, en compagnie d’organisations de développement économique de plusieurs États.

Catégories Exportation

Comments are closed.

Affichages connexes