L’étiquette en matière de relations d’affaires aux Philippines en 11 conseils essentiels

L’étiquette en matière de relations d’affaires aux Philippines en 11 conseils essentiels

L’économie des Philippines, qui reposait principalement sur l’agriculture, se transforme maintenant en une économie fondée sur les services et la fabrication. Le pays a d’ailleurs la chance de compter sur un système bancaire fiable et un produit intérieur brut dont la solide croissance s’est maintenue dans les 6 % de 2014 à 2016 selon la Banque mondiale. L’économie des Philippines se classe au 36e rang en importance, selon le produit intérieur brut, à l’échelle mondiale, et la Hong Kong and Shanghai Banking Corporation (HSBC) prévoit qu’elle se hissera au 16e rang d’ici 2050.

En 2016, les échanges de marchandises entre le Canada et les Philippines – qui entretiennent des relations harmonieuses en raison, notamment, du grand nombre d’expatriés philippins qui vivent au Canada et envoient des fonds à leurs familles aux Philippines – ont représenté 1,98 milliard de dollars. Ces échanges se sont faits dans des secteurs variés : technologies de l’information et des communications, infrastructure, aéronautique, défense, technologies propres, entre autres.

Étant donné l’ampleur de ces échanges, la force de l’économie des Philippines et le potentiel qu’elles représentent pour les exportateurs canadiens, nous nous sommes adressés à Klaus Houben, représentant en chef pour l’Asie du Sud-Est d’Exportation et développement Canada (EDC), pour obtenir des conseils sur l’étiquette des affaires dans l’archipel.

1. Liens familiaux : Il est important de savoir que la majorité des entreprises des Philippines sont dirigées par des conglomérats familiaux. Il vous sera donc utile de vous trouver une bonne personne-ressource – un allier, en quelque sorte – au sein de l’organisation pour vous aider à en comprendre toutes les nuances.

2. C’est dans la salle du Conseil que ça se passe :
La majorité des affaires sont menées dans des salles de conférence et des bureaux. Les embouteillages monstres du matin et du soir, surtout à Manille, font en sorte qu’il est préférable d’éviter les déjeuners et les dîners d’affaires. Un dîner d’affaires pourrait être organisé à l’occasion, mais jamais lors d’une première rencontre. Habituellement, on sert de l’eau et du café pendant les réunions d’affaires.

3. Lentement, mais sûrement : Les relations d’affaires avec les Philippins ne s’établissent pas du jour au lendemain. Vous devez être patients, car ils aiment prendre leur temps.

4. À vos cartes : Les cartes professionnelles ont encore la cote aux Philippines. Elles ne sont pas aussi essentielles qu’en Chine, mais vous regretterez de ne pas en avoir. Comme c’est souvent le cas en Asie, la coutume veut que l’on remette une carte professionnelle à deux mains. Assurez-vous que votre nom soit bien visible, de façon à ce que la personne qui reçoit la carte puisse facilement la lire.

5. Une bonne poigne : Aux Philippines, une salutation officielle comprend une bonne poignée de main, un sourire et un léger contact visuel.

6. Tenue décontractée : Par temps très chaud et humide, soit la plupart du temps, vous pouvez laisser tomber le complet. Pour les hommes, une chemise à manches longues, avec ou sans cravate, et des pantalons de ville suffisent. Il en va de même pour les femmes, qui peuvent porter une chemise habillée et un pantalon ou une jupe, ou même une robe. Les femmes comme les hommes peuvent aussi porter la chemise blanche traditionnelle du pays, appelée barong tagalog.

7. L’heure juste : Bien qu’ils apprécient la ponctualité, les Philippins se montrent cléments, puisque les embouteillages rendent certains retards inévitables. Lors des activités sociales, une personne trop ponctuelle peut être perçue comme anxieuse ou trop enthousiaste; il est de bon ton d’arriver un peu en retard (de 5 à 15 minutes).

8. Pas toujours clair : Les Philippins n’aiment pas dire non; ils pourraient même vous dire oui au départ, alors qu’ils comptent refuser au final. Soyez attentifs au langage corporel et faites régulièrement des suivis pour bien gérer vos relations d’affaires.

9. Oubliez vos appareils : Comme en occident, l’utilisation d’un téléphone cellulaire pendant les réunions est considérée comme impolie. Toutefois, les Philippins feront preuve de compréhension en cas de circonstances atténuantes. Si vous prévenez les gens avec qui vous êtes que vous risquez de recevoir un appel, la situation sera mieux acceptée.

10. Parler de tout et de rien : Les Philippins aiment parler de la congestion de Manille autant que les Canadiens aiment parler de la pluie et du beau temps – après tout, ils y passent des heures et des heures! S’ils ne parlent pas de la circulation, ils peuvent aussi aborder des sujets comme la famille et les passe-temps.

11. Prenez un « taxi » : Prévoyez beaucoup de temps pour vous déplacer dans Manille. Les voitures avec chauffeur sont la meilleure option, et elles ne coûtent pas cher. En plus des taxis classiques, il existe un service semblable à Uber, Grab, populaire à Manille. Toutefois, contrairement à ce qui est le cas avec Uber au Canada, vous pouvez attendre longtemps une voiture, sans compter que le trajet peut, lui aussi, prendre beaucoup de temps. Par exemple, la journée qui précédait cette entrevue, M. Houben avait passé une heure dans une voiture Grab, mais n’avait parcouru que quatre kilomètres. Selon lui, la marche est à éviter pour les gens d’affaires, puisque l’humidité et la chaleur les feront transpirer et les priveront de l’énergie dont ils ont bien besoin.

Catégories Exportation

Comments are closed.

Affichages connexes