Offerte par Precision SF Tech

Atterrissage réussi pour SF Tech

Obtenir plusieurs gros contrats, voilà un beau problème. En particulier pour une petite entreprise québécoise du secteur aéronautique qui fabrique des trains d’atterrissage pour des géants comme Boeing et Bombardier.

Établie à Terrebonne, Précision SF Tech inc. fabrique et assemble des composantes pour l’aviation civile et militaire. Elle se spécialise dans les composantes de taille moyenne faites d’acier trempé et d’alliages.

Michel Lapierre, chef des finances de SF Tech, indique que l’entreprise n’emploie actuellement que 37 personnes, mais participe aux chaînes d’approvisionnement de Boeing et de Bombardier par l’entremise d’autres joueurs de calibre comme Héroux-Devtek et RTI Claro.

L’entreprise fabrique aussi des pièces pour la C Series de Bombardier.

« Lorsque des entreprises comme Boeing et Bombardier utilisent nos produits, c’est un solide coup de pouce », souligne M. Lapierre.

L’industrie aérospatiale, et en particulier celle du Québec, génère une activité commerciale très importante pour le Canada. « On a là une petite entreprise participant à une prestigieuse chaîne d’approvisionnement », affirme Jérôme Brière, directeur de comptes à EDC. « C’est la Mecque du secteur; et quand on touche aux gros-porteurs, là c’est le nec plus ultra. La chaîne d’approvisionnement du Boeing 777 compte parmi les plus rentables pour les fournisseurs; il y a donc une concurrence massive venant d’Allemagne et d’Italie. Pour décrocher ces contrats, les petites entreprises doivent vraiment insister sur leur proposition de valeur. »

Bien sûr, ces ententes liées à Boeing sont les bienvenues. Mais quand la banque ne veut plus augmenter son financement, ces contrats à forte composante de R-D peuvent causer bien des maux de tête. Au lieu de s’en remettre à d’éventuels investisseurs providentiels, SF Tech a fait appel à Exportation et développement Canada (EDC).

« On ne voulait plus augmenter notre ligne de crédit, relate M. Lapierre. EDC est donc intervenue en fournissant un cautionnement à la banque, et celle-ci a presque doublé notre ligne de crédit. C’est très précieux pour nous. »

EDC a également garanti à 90 % une nouvelle ligne de crédit pour que SF Tech honore les commandes de Héroux-Devtek pour son unité de Cleveland. Selon l’entente, ce financement couvrira la R-D (plus de 500 000 $ uniquement pour les pièces du Boeing 777) et l’achat de l’équipement nécessaire à la fabrication des composantes destinées aux deux avions Boeing.

« Le meilleur dans cette entente, c’est qu’elle permet à l’entreprise de couvrir les frais de développement et des prototypes, ajoute M. Brière. En général, les petites entreprises doivent passer par cet important décaissement avant de pouvoir décrocher des ententes d’approvisionnement durables avec de grands fournisseurs comme Héroux-Devtek. »

M. Lapierre acquiesce : « La R-D, ça prend du temps, mais une fois les pièces conçues, nous pouvons par la suite réaliser d’autres ventes à une clientèle acquise. »

SF Tech est un chef de file dans son créneau et l’une des rares entreprises québécoises à avoir obtenu la prestigieuse certification MACH 3 (le programme MACH est une initiative de la grappe aérospatiale du Québec visant à optimiser les performances du secteur et à le rendre plus concurrentiel à l’échelle mondiale). Elle travaille à obtenir la certification MACH 4, que seulement quatre autres entreprises québécoises ont acquise.

« Nous avons une bonne équipe, et nous travaillons fort, conclut M. Lapierre. Nous savons ce que nous avons à faire, et nous le faisons. »

Catégories Transport

Comments are closed.

Affichages connexes