Photo offerte par Colonial Tool Group

Colonial Tool Group : la multinationale « d’à côté »

Cette société de Windsor a su croître sans perdre son attrait de « petite entreprise »

Comme un bon vin, ou encore mieux, une voiture ancienne, Colonial Tool Group Inc. a atteint sa pleine maturité. À ses balbutiements dans les années 1930, elle fut la division canadienne de Michigan Tool. Pendant son adolescence, Colonial Tool Group a été détenue par plusieurs multinationales au moyen de fusions et d’acquisitions.

Mais, en 1993, l’entreprise canadienne de Windsor, en Ontario, a décidé de voler de ses propres ailes. Achetée par un groupe de gestionnaires décidés muni d’une vision, elle a pu établir sa propre identité organisationnelle.

Vingt et un ans plus tard, le chiffre d’affaires de Colonial a quintuplé. L’entreprise s’est dotée de nouvelles installations aux États-Unis et au Mexique, et est devenue chef de file mondiale de machines-outils sur mesure destinées à la production et à l’entretien de pièces d’automobile. La société offre également une vaste gamme de services, de l’affûtage d’outils au réoutillage, en passant par le rattrapage et la remise à neuf.

« Colonial est un bel exemple de l’expression courante ‘guichet unique’, explique Brett Froats, vice-président du groupe. « Nous faisons tout à l’interne : la fabrication, les essais et les réparations. Nous contrôlons chaque étape du processus afin de pouvoir maîtriser le coût et la qualité de nos produits. Notre grande méticulosité et notre responsabilisation envers nos produits font que nous avons des clients de longue date et que nous pouvons en attirer de nouveaux. »

Photo offerte par Colonial Tool Group

Photo offerte par Colonial Tool Group

Colonial a pu croître tout en préservant la qualité et les valeurs d’une petite entreprise. Toutefois l’industrie de la machine-outil a évolué au cours des dernières années. La concurrence mondiale accrue et les nouveaux marchés de consommation posent des défis que même les entreprises manufacturières plus petites doivent assumer.

Pour faire face à cette nouvelle réalité, Colonial a décidé d’augmenter ses ventes à l’exportation et de renforcer sa chaîne d’approvisionnement mondiale. Mais une telle croissance comporte son lot de problèmes; il peut être ardu de naviguer sans aide dans l’économie mondiale. C’est ici qu’Exportation et développement Canada (EDC) est entrée en jeu.

« Une de nos grandes priorités est d’aider les PME canadiennes comme Colonial Tools à réussir sur la scène internationale, » souligne Bruce Dunlop, vice-président des Marchés commerciaux et Petites entreprises d’EDC.

« Les PME sont au cœur de l’économie canadienne et nous avons comme objectif d’éliminer les obstacles que doivent relever des entreprises telles que Colonial, leur permettant ainsi d’étendre leurs activités à l’étranger. »

En 2013, EDC a pu tirer profit de ses liens financiers avec Nemak, un des principaux fabricants de pièces d’automobile au Mexique, pour augmenter les affaires de ce dernier avec Colonial. Avant l’intervention d’EDC, les ventes de Colonial à Nemak totalisaient environ 200 000 USD, mais l’année dernière, ce chiffre a plus que triplé pour atteindre 635 000 USD et ne cesse de grimper. Ainsi, EDC était en mesure d’utiliser ses ressources financières et son influence sur le marché pour renforcer les liens entre Nemak et Colonial.

Aujourd’hui, EDC fournit également à Colonial des produits d’assurance contre les risques d’achat et de vente à l’étranger. Avant 1993, Colonial exportait principalement vers les États-Unis, mais avec l’aide d’EDC, l’entreprise exporte aisément vers des marchés tels que l’Inde, la Suède, la Chine, la Hongrie, l’Afrique du Sud, la Pologne, l’Allemagne et le Mexique. En fait, les ventes à l’exportation en dehors des États-Unis ont crû d’environ 150 %.

« Grâce aux produits d’EDC, nos transactions à l’étranger sont plus harmonieuses et moins stressantes. EDC a donné à Colonial un avantage par rapport à nombre de ses concurrents car nous sommes en mesure d’offrir des modalités plus raisonnables à nos clients étrangers, poursuit M. Froats. Nous avons pu nouer des relations fondées sur la confiance, atout indéniable dans cette industrie. »

Catégories Fabrication, Mexique

Comments are closed.

Affichages connexes