Kelvin Williamson et LNT Solutions : un pilote devenu chef de file du dégivrage

Kelvin Williamson et LNT Solutions : un pilote devenu chef de file du dégivrage

Kelvin Williamson adore les hivers bien rudes. Non, ce n’est pas un amateur de planche à neige extrême; plutôt, tempêtes de neige et pluie verglaçante sont pour lui sources de profits.

Ancien pilote, M. Williamson est aujourd’hui président de LNT Solutions inc., une filiale canadienne de la britannique LNT Group qui commercialise des produits de dégivrage pour les aéroports.

Comment un pilote, habituellement aux commandes de l’avion, en vient-il à vendre des produits de dégivrage? En fait, c’est qu’on est venu le chercher. Après avoir piloté pendant 23 ans, il a travaillé comme responsable de la réglementation pour Transports Canada, pour ensuite se voir offrir, en 2002, la chance de diriger l’installation centrale de dégivrage de l’Aéroport international Toronto Pearson, dont il vérifiait auparavant la conformité.

« Ils m’ont demandé si je voulais être le directeur général », raconte-t-il en décrivant son cheminement vers l’entrepreneuriat. « Je l’ai été pendant cinq ans, jusqu’à ce que je reçoive un appel d’une entreprise britannique de dégivrage dans le secteur ferroviaire. Elle voulait s’implanter dans les aéroports canadiens, et souhaitait que j’établisse une filiale au Canada. »

Ainsi est née LNT Solutions inc., avec M. Williamson à la présidence. Grâce à son solide réseau, les ventes ne se sont pas fait attendre.

« Depuis 2008, l’entreprise croît chaque année, affirme-t-il. Nous avons réinvesti de façon continue, et l’an dernier, nous avons fait de bons profits. Les hivers rudes, ça rapporte. »

La première année, l’entreprise a enregistré des ventes de 500 000 dollars; cette année, après des années de croissance soutenue, ce chiffre atteint presque 13 millions de dollars. LNT Solutions a recruté deux représentants aux États-Unis, où elle fournit des services à des dizaines d’aéroports, dont le Reagan National Airport et le Dulles International Airport, à Washington, et d’autres aéroports à Cleveland et à Salt Lake City.

L’entreprise offre deux types de produits de dégivrage : un pour les ailes, et l’autre pour les pistes. Ce dernier vient sous deux formes : l’une solide, qui fait fondre la neige et le verglas au moment des précipitations, et l’autre liquide, que l’on répand à titre préventif avant une tempête, ce qui empêche la formation de glace.

« Sur la piste, le sel est à proscrire, car il est corrosif et donc néfaste pour les avions, ajoute M. Williamson. Il faut un produit chimique particulier, le formiate de sodium, qui est sans danger pour l’appareil. »

Fait curieux, cette matière première n’est pas monnaie courante en Amérique du Nord. M. Williamson importe donc le produit de dégivrage solide de Turquie, et profite d’un accord de licence exclusif pour sa vente en Amérique du Nord.

Dans son usine de Tillsonburg, en Ontario, il fabrique un liquide de dégivrage pour les ailes destiné au marché nord-américain, de même que le produit solide pour les pistes.

Il attribue la croissance rapide de son entreprise à l’aide offerte par Exportation et développement Canada (EDC). Pour financer l’achat du produit de dégivrage auprès d’un fournisseur turc, il devait obtenir de sa banque une lettre de crédit de 500 000 dollars. EDC l’a épaulé en lui accordant une Marge pour garanties de cautionnements bancaires, offrant ainsi une garantie à la banque. De plus, EDC a fourni à l’entreprise une garantie sous forme de cautionnement d’assurance pour certaines de ses activités aux États-Unis, ce qui lui a permis de conclure davantage de contrats.

« Le crédit pour notre fournisseur, et le cautionnement d’assurance pour les appels d’offres des aéroports : voilà les produits qui ont permis à notre entreprise de prendre de l’expansion, déclare M. Williamson. Avec MKS, nous avons une entente de crédit, ce qui nous permet de garder des stocks importants et de payer seulement lorsque nous faisons une vente. »

Pour Anna Piekarska, directrice de compte à EDC, LNT est une vraie réussite canadienne.

« Depuis son arrivée au Canada, LNT n’a cessé de croître, dit Mme Pierkarska. C’est stimulant d’aider cette entreprise, qui offre un produit écologique pour assurer la sécurité aérienne malgré les hivers rigoureux. »

Heureux d’avoir troqué le cockpit pour le bureau, M. Williamson accumule les contrats avec les aéroports de tout le continent. « À la fin de ma carrière de pilote, j’étais capitaine d’un Boeing 727 pour une compagnie de transport de marchandises, raconte-t-il. Voler, c’est plaisant, mais c’est comme tout : après 23 ans, ça devient routinier. Me retrouver ensuite à la tête d’une installation de 150 employés, c’était vraiment bien. Et puis, comme entrepreneur, j’ai beaucoup appris, et c’est très valorisant. »

Catégories Services

Comments are closed.

Affichages connexes