Pour AV&R, spécialiste de l’automatisation, la clé pour entrer chez les équipementiers internationaux est la taille de l’entreprise.

Pour AV&R, spécialiste de l’automatisation, la clé pour entrer chez les équipementiers internationaux est la taille de l’entreprise.

S’il y a une chose que Jean-François Dupont a appris sur l’industrie mondiale de l’aéronautique au cours des dernières années, c’est que la taille de l’entreprise importe.

Reconnaissant les défis que doivent relever les petites compagnies pour créer un impact sur un marché où les clients sont souvent des sociétés gigantesques, nationales ou multinationales, M. Dupont a cherché à renforcer la compagnie montréalaise qu’il a cofondée, (AV&R), spécialisée en automatisation, notamment pour l’aéronautique.

Le résultat? Une fusion l’an dernier avec le fabricant IMAC Automation pour former AV&R, la plus importante compagnie mondiale de robotique dans l’industrie aéronautique, et l’une des plus grandes sociétés québécoises d’ingénierie spécialisée en automatisation.

Fort d’un effectif de 120 personnes, dont 80 ingénieurs, M. Dupont, qui est président-directeur général de la nouvelle compagnie, croit qu’AV&R est maintenant bien positionnée pour faire croître ses activités à l’international.

« Ce que nous avons vécu est une bonne leçon pour toute petite compagnie canadienne du secteur de l’aéronautique, dit-il. Il faut consolider. Beaucoup de petites entreprises offrent des services similaires, mais les équipementiers veulent généralement faire affaire avec un seul fournisseur pour un secteur spécifique, et c’est ce à quoi nous sommes arrivés. »

Grâce à la fusion, l’entreprise peut maintenant offrir à ses clients des solutions plus complètes d’automatisation, de robotique, de vision artificielle (vision numérique), ajoute-t-il.

Avec une liste de clients comme Rolls Royce et Pratt & Whitney, qui ont des usines de fabrication dans le monde entier, AV&R doit pouvoir fournir des services là où ils sont nécessaires, et au moment voulu – ce qui est déjà un défi.

Jean-François Dupont, président-directeur général AV&R Vision & Robotiques

Jean-François Dupont, président-directeur général AV&R Vision & Robotiques

« Lorsque nous avons forgé des relations avec un client, il s’attend à ce que nous soyons sur place avec ses partenaires et ses représentants locaux, dans leurs zones horaires et sur leurs lieux de travail, explique M. Dupont. Dans certains cas, cela veut dire qu’il faut disposer de personnel qui comprend la culture locale des affaires et parle la langue du pays. Ce sont les défis qu’une compagnie canadienne doit examiner lorsqu’elle veut prospérer à l’étranger. »

Il ajoute que même aux États-Unis, où les représentants canadiens pouvaient auparavant servir les clients en leur rendant visite régulièrement, les firmes et les autorités états-uniennes insistent de plus en plus pour que les fournisseurs maintiennent une présence locale, notamment du personnel de citoyenneté états-unienne.

Des défis de ce genre ne découragent cependant pas M. Dupont. Les États-Unis restent le principal marché cible d’AV&R, et la compagnie a l’intention d’y ouvrir un bureau; ses deux autres grands marchés sont la France, où la demande d’automatisation en aéronautique est en croissance, et la Chine, qui automatise de plus en plus le secteur de la fabrication.

Conseiller pour le secteur de l’aéronautique à EDC, Robert Caouette reconnaît que l’expérience d’AV&R est typique de nombreuses compagnies canadiennes à la recherche de débouchés mondiaux dans ce secteur.

« Les PME canadiennes, bien qu’elles soient en croissance, commencent à perdre du terrain dans les chaînes d’approvisionnement mondiales par rapport aux fournisseurs d’autres pays, avise-t-il. La plupart sont simplement trop petites pour vendre directement à de très gros équipementiers comme Airbus et Boeing, et il faut donc qu’elles misent sur les relations avec les fournisseurs de niveau 1 et 2 des grands équipementiers. C’est ainsi qu’elles pourront croître. »

Conseils de Jean-François Dupont, président-directeur général d’AV&R

  1. Consolidez. Jouez vos atouts avec des concurrents plus petits et visez les équipementiers mondiaux de l’aéronautique, qui préfèrent traiter avec un seul fournisseur pour un secteur spécifique.
  2. Regroupez des compétences clés. Grâce à la fusion, AV&R peut désormais offrir à ses clients des solutions complètes en automatisation, en robotique et en vision artificielle (vision numérique), ce qui crée un guichet unique spécialisé.
  3. Allez au-devant de vos clients. Établissez une présence locale, notamment en recrutant du personnel qui comprend la culture des affaires, et parle la langue, du pays hôte.
Catégories Transport

Comments are closed.

Affichages connexes