Photos : Survival Systems Limited

Survival Systems : Mondialiser la formation en survie

Sauriez-vous survivre à l’écrasement d’un hélicoptère? Le fondateur de Survival Systems, lui, y a survécu. Depuis, sauver des vies est la priorité absolue de l’entreprise, qui accomplit aujourd’hui cette mission sur une plus grande échelle que vous ne pourriez l’imaginer.

Depuis 1982, Survival Systems, de la Nouvelle-Écosse, fournit des dispositifs de simulation d’évacuation d’urgence d’hélicoptères et offre des formations en survie aux industries extracôtière, navale et aéronautique, et au secteur industriel – essentiellement en formant par simulation quiconque aurait à réagir, échapper ou survivre à une situation périlleuse sur terre, en mer ou dans les airs, ou à effectuer un sauvetage dans ces circonstances.

Son produit phare, Modular Egress Training Simulator (METSMC), lancé en 1987, reproduit l’intérieur de diverses plateformes d’aéronefs. À ce jour, la compagnie a fabriqué et vendu plus de 100 METS dans 30 pays (États-Unis, Australie, Allemagne, France, Pologne, Chili, Corée, Indonésie, Nigéria, et Inde notamment).

Survival Systems a vendu plus de 100 simulateurs de formation dans 30 pays.

« Nous exportons nos produits et notre expertise », souligne son président et chef de la direction, Paul Douglas. « Que vous travailliez en mer en Indonésie ou au Mexique, vous devriez avoir les mêmes chances de survivre à un accident d’hélicoptère. »

Comme pour la plupart des entreprises, 2009 a été une année difficile, les gouvernements et les entreprises ayant reporté d’importantes décisions d’achat. En 2011, Survival Systems a connu un regain d’activité après avoir remporté deux gros contrats : auprès de l’armée américaine et de la première société pétrolière et gazière de Russie.

En diversifiant ses marchés, l’entreprise a pu survivre au recul économique. Même si le secteur manufacturier décline, il y a toujours une demande pour la prestation de formations.

D’un petit pas à un bond de géant

Photos : Survival Systems Limited

Photos : Survival Systems Limited

En 2012, Survival Systems fournissait des simulateurs et donnait des cours de formation à chaque division militaire des États-Unis. Cette année-là, elle s’est davantage tournée vers la prestation de formations au privé, se concentrant sur le secteur des hydrocarbures extracôtiers.

Autre grande avancée : l’entreprise a mobilisé un partenaire et une société sœur en Inde, ce qui l’a aidée à obtenir un contrat auprès de la marine indienne pour l’installation d’un centre de simulation complet en 2013. Aujourd’hui, son chiffre d’affaires dépasse les 15 millions de dollars.

La question d’argent est secondaire, selon M. Douglas. « Sauver des vies est notre raison d’être. Nous cherchons toujours à former des coentreprises, mais avec de bons partenaires, vraiment soucieux d’offrir à chaque client le meilleur équipement et la meilleure formation. »

Il espère poursuivre l’expansion de ses activités en Russie et en Corée et percer de nouveaux marchés comme l’Italie, l’Arabie saoudite, l’Égypte et l’Afrique du Sud, surtout dans le secteur pétrolier et gazier.

L’appui d’EDC

Depuis 2000, Survival Systems utilise plusieurs services d’EDC appuyant son essor international, notamment des cautionnements d’exécution, des garanties de prêt et des assurances comme la Marge pour garanties de cautionnements bancaires et le Programme de garanties d’exportations.

« Une croissance trop rapide risque d’épuiser vos ressources, estime M. Douglas. Donc, la réussite passe par une croissance contrôlée. Faire appel à EDC pour garantir nos contrats facilite nos transactions.

« Un procédé de fabrication pouvant durer de quatre à six mois, il est très avantageux de pouvoir tirer des fonds (sur des emprunts) pendant cette période. Cela nous permet de croître sans trop grever notre budget. »

Catégories Transport

Comments are closed.

Affichages connexes