« La planification de la campagne était de loin la phase la plus cruciale et la plus intense » : le parcours de sociofinancement de Daniel Blumer, de Revols

« La planification de la campagne était de loin la phase la plus cruciale et la plus intense » : le parcours de sociofinancement de Daniel Blumer, de Revols

Cet article fait partie de la série d’Exportateurs avertis sur le sociofinancement. 

Pour en savoir plus sur les façons dont le sociofinancement aide les entreprises canadiennes, lisez sociofinancement 101. 

L’entreprise montréalaise Revol Technologies a lancé ses écouteurs Bluetooth sur mesure sur Kickstarter en 2015. En 60 jours, l’entreprise a fracassé l’ancien record canadien de Kickstarter et amassé plus de 2,5 millions de dollars.

Découvrez son parcours d’exportation ici.

Comment vous est venue l’idée de votre produit?

L’idée de Revols est née de notre frustration envers les écouteurs génériques. Nous étions las de consacrer tout ce temps et cet argent à chercher la paire idéale. Nous avons constaté que, peu importe leur taille ou leur forme, les écouteurs de taille unique n’offraient jamais le confort ou la qualité de son recherchés. Nous étions résolus à concevoir une solution sur mesure plus abordable qui pourrait satisfaire tout le monde.

Pourquoi avez-vous choisi le sociofinancement?

C’était la meilleure façon de vérifier la demande du produit, de susciter beaucoup d’enthousiasme et d’attrait, et de nous financer sans céder de capital-actions.

Selon vous, en quoi le sociofinancement diffère-t-il du financement classique? Quels en sont les avantages et les inconvénients?

Nous n’aurions pas pu parvenir jusqu’ici autrement. Le sociofinancement a accéléré tout le processus de développement et de fabrication. Son principal avantage sur le financement classique, c’est qu’on n’a pas à céder la propriété de l’entreprise. L’inconvénient, c’est que dès le début de la campagne, l’entreprise devient redevable au public. La responsabilité de communiquer avec les bailleurs de fonds est chronophage, possiblement au détriment d’autres tâches pertinentes.

Comment avez-vous préparé votre campagne? Combien de temps a-t-il fallu?

Dans les mois trépidants menant au lancement, nous avons été surpris de constater que la planification de la campagne était de loin la phase la plus cruciale et la plus intense. Avant que nous puissions appuyer sur le bouton de lancement vert de Kickstarter, les deux derniers mois ne furent que planification, nuits blanches et café à profusion. Il fallait tout orchestrer avec soin et stratégie : le texte de la vidéo, le contenu et la présentation de la page, la stratégie de relations publiques et le battage publicitaire sur les médias sociaux.

Même si nous savions dès le départ que la gestion de la campagne nous occuperait à temps plein, nous ne nous étions pas rendu compte que la partie la plus exigeante commençait en fait avant le lancement. Avec du recul, c’est tout à fait logique. Quand on clique sur le bouton de lancement, la campagne vole de ses propres ailes, mais avant cela, c’est nous qui tenons le volant.

Quelles sont les clés de la réussite d’une campagne de sociofinancement?

Nous croyons que ce sont nos fantastiques écouteurs qui ont attiré les gens vers notre campagne, mais nous attribuons aussi une bonne partie de notre réussite à quelques initiatives :

  • Tournée de relations publiques et embargo médiatique : Avant le lancement, j’ai voyagé aux quatre coins du Canada et des États-Unis pour raconter l’histoire de Revols et montrer notre technologie de moulage à des journalistes des principaux médias grand public et spécialisés. Ceux-ci ont accepté de respecter notre embargo et de publier leurs articles sur Revols le jour du lancement. À la parution de chaque article, des milliers de lecteurs ont cliqué sur les liens menant à notre page Kickstarter. Les articles ont donné de la crédibilité à notre technologie et ont amené beaucoup de gens à la page de la campagne le jour critique du lancement.
  • Prélancement pour la famille et les amis : Même si nous avons publicisé notre date de lancement, nous avons veillé à ne pas en dévoiler l’heure exacte. L’embargo médiatique serait levé à 10 h, mais nous avons confié à nos amis proches, à nos familles et aux premiers adeptes un petit secret : le lancement se ferait à 8 h. Pendant deux heures, la campagne est demeurée un secret bien gardé, connu seulement des invités de notre prélancement exclusif. Leur réaction a été stupéfiante. Les gens étaient honorés d’avoir été choisis, et impatients de profiter d’offres spéciales. Quand les masses se sont mises à déferler sur notre page, nous avions déjà suscité beaucoup d’attrait et nous étions très bien partis pour atteindre notre objectif!
  • Mobilisation constante des investisseurs : Nous n’avons jamais tenu pour acquis leur soutien et nous nous sommes efforcés de les impliquer et de les informer tout au long de la campagne, en publiant régulièrement des nouvelles captant leur intérêt, en fixant des objectifs ambitieux stimulants et, surtout, en répondant le plus rapidement possible à tous les messages publics et privés.

De plus, il est absolument nécessaire d’avoir une courte vidéo accrocheuse ainsi qu’une page détaillée et bien organisée.

Quelle est la plus grande leçon que vous avez apprise?

Kickstarter ne se limite pas à la campagne; notre responsabilité s’étend aux prochaines étapes du parcours.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui songe à lancer une campagne de sociofinancement?

Il s’agit d’un emploi à temps plein. Vous ne serez jamais trop préparés, et il n’est jamais trop tôt pour commencer à explorer des idées et à planifier. Ce sera peut-être l’expérience la plus stressante et épuisante de votre vie, mais ce sera aussi la plus gratifiante, et vous y parviendrez!

Y a-t-il un moment particulier que vous considérez comme décisif pour l’entreprise?

Quand nous avons été acceptés au sein de l’accélérateur HAX; cela a changé nos vies. Nous avons pu accélérer tout le processus de développement, découvrir les débouchés offerts par une présence en Chine et rencontrer des partenaires potentiels que nous n’aurions jamais pu connaître autrement.

Quel est le principal atout de l’entrepreneur prospère en sociofinancement?

La persévérance (et pas seulement pour le sociofinancement). Il y aura toujours des gens qui ne croiront pas en vos projets, et des défis lors du développement de votre produit, qui vous feront parfois songer à abandonner. Si vous croyez fermement en ce que vous faites, continuez malgré tout.

Catégories Exportation

Comments are closed.

Affichages connexes