Exportatrice dans l’âme, la vancouvéroise CEC Mining Systems innove pour continuer de croître

Exportatrice dans l’âme, la vancouvéroise CEC Mining Systems innove pour continuer de croître

Cette entrevue fait partie de la série sur le secteur minier.

Pour en savoir plus sur les débouchés à l’exportation pour les entreprises du secteur, lisez Le Canada, leader mondial de l’exploitation minière : comment le ralentissement pousse le secteur à innover

Dès le début, CEC Mining Systems entendait conquérir le marché mondial. Comme l’explique Cameron Stockman, directeur de l’exploitation et du développement des affaires, l’exportation s’inscrit dans la philosophie de l’entreprise.

« Toutes nos ventes proviennent de l’exportation, indique-t-il. En 2015-2016, le Mexique était notre principal client, grâce à deux chantiers représentant 75 % de nos revenus. »

Le secteur minier joue un rôle prépondérant dans l’économie canadienne, ayant contribué à hauteur de 57 milliards de dollars au PIB en 2014 et représentant 20 % des exportations.

L’entreprise a également exporté ses systèmes de filtration à disques en céramique pour résidus secs empilés au Brésil et au Chili. Cette technologie avant-gardiste est une bonne solution de rechange écologique pour le traitement des résidus boueux, déchets miniers composés de divers matériaux non récupérables et non rentables : métaux, minéraux, produits chimiques, matières organiques et eau de traitement. Elle contribue notamment à la conservation et à la réutilisation de l’eau, et réduit considérablement la consommation d’énergie.

Preuve de sa position de leader mondial, l’entreprise travaille actuellement à l’obtention de contrats dans divers pays : Pérou, Colombie, Équateur, États-Unis, Australie, Myanmar et Afrique du Sud.

Stimuler la croissance des exportations dès le départ, c’est planifier toutes ses activités pour se donner un avantage concurrentiel mondial.

Par exemple, l’emplacement du siège social, tout près du Pacifique, à Vancouver, a facilité l’accès aux marchés des Amériques et de l’Asie-Pacifique, grâce aux avantages en matière de logistique et de fuseau horaire. L’entreprise a également pu bénéficier du soutien de Canada Export Centre (CEC), société vancouvéroise de développement du commerce international et de l’exportation qui offre ressources, expertise et soutien aux entreprises désirant accéder aux marchés étrangers. Par ailleurs, CEC Mining Systems a établi de solides partenariats avec les acteurs de la chaîne d’approvisionnement.

Selon M. Stockman, comme l’entreprise a élargi ses activités pour produire de l’équipement de plus grande taille et de meilleure qualité, la gestion du flux de trésorerie et du risque de crédit est devenue très importante. Elle a également trouvé des partenaires pour le soutien après-vente au Brésil, au Chili et au Mexique.

Par ailleurs, ses dirigeants ont notamment retenu la leçon suivante : pour réussir à l’étranger, il faut tenir compte des différences culturelles, surtout en matière d’éthique et de pratiques commerciales, qui varient grandement d’un pays à l’autre; ces différences sont d’ailleurs particulièrement marquées entre l’Amérique du Nord et le reste du continent.

« Pour prospérer à l’étranger, il faut surmonter les problèmes logistiques, culturels, éthiques et juridiques, mais surtout, ne pas oublier que la réussite sur un marché ne garantit pas la réussite sur un autre, indique M. Stockman. Nos stratégies d’affaires, de vente et de gestion de projets sont très différentes dans chaque pays, et nous continuons de chercher de nouvelles solutions pour chaque client. »

« Faire preuve d’éthique est sans contredit la pratique la plus rentable et durable à long terme. »

Selon lui, exporter demande ténacité et créativité, surtout devant la baisse constante du cours des produits de base des dernières années, qui a forcé le secteur minier à se réinventer, à redéfinir ses outils et à réagir stratégiquement. Et l’entreprise a saisi cette occasion.

« Bien que de nombreux investisseurs, fournisseurs, consultants et agents de vente aient boudé le secteur quand le cours des métaux a chuté, nous avons continué d’offrir des solutions à valeur ajoutée aux sociétés, qui ont enfin pu optimiser leurs activités – sans se laisser distraire par le désir constant de leurs dirigeants d’exploiter de nouvelles mines – et trouver de nouvelles solutions technologiques créatives. Nous continuons également d’investir dans l’équipe, de bons projets et les relations avec les utilisateurs. »

L’innovation continuera d’être un facteur déterminant de réussite sur le marché mondial. M. Stockman croit fermement que la résolution de problèmes passe par l’adoption de nouvelles approches plus efficaces.

« On ne règle pas les problèmes récurrents en utilisant toujours les mêmes solutions. »

Apprenez-en plus sur le parcours d’exportation de Cameron Stockman.

Catégories Mines et énergies

Comments are closed.

Affichages connexes