Ostara Nutrient Recovery Technologies

Ostara Nutrient Recovery TechnologiesQui prétend que les eaux d’égout ne peuvent pas être une ressource? Cette entreprise canadienne les considère comme une ressource renouvelable qui récupère une ressource précieuse – pour en protéger une autre, découvrez comment.

Plutôt que de considérer les écoulements liquides traités comme des déchets, une entreprise canadienne les considère comme une ressource renouvelable qui récupère une ressource précieuse – le phosphore – pour en protéger une autre – l’eau – générant des économies de coûts et des recettes pour les installations de traitement et les aidant à respecter des règlements environnementaux de plus en plus rigoureux.

De nombreuses installations de traitement des eaux usées concentrent de grandes quantités d’azote et de phosphore dans leurs écoulements de déshydratation des boues. Ces nutriments dissous forment souvent une incrustation obstructive dans les conduites, les pompes et les soupapes, qui a de graves répercussions sur la fiabilité de l’équipement d’une usine, son rendement et ses coûts d’entretien. Établie à Vancouver, en C.B. Ostara Nutrient Recovery Technologies conçoit et construit des systèmes de traitement des eaux usées fondés sur une méthode de récupération qui extrait les nutriments des eaux usées et les transforme en engrais commerciaux générateurs de recettes, solution respectueuse de l’environnement, qui valorise effectivement les déchets.

Par ailleurs, la technologie d’Ostara retire également ce phosphore des voies navigables où il risque d’être nocif et l’utilise pour créer un engrais à libération lente qui, appliqué à des plantes horticoles, des plates-bandes ou des produits agricoles, est plus efficace et respectueux de l’environnement que les engrais phosphoreux traditionnels.

Vidéo : Ostara Nutrient Recovery Technologies

La technologie aide aussi ces installations de traitement des eaux usées à économiser sur les frais d’exploitation, la période d’amortissement de l’investissement étant de trois à dix ans : le procédé de récupération de nutriments Pearl d’Ostara ne remplace pas le traitement traditionnel des eaux d’égout; il est incorporé directement au procédé de traitement existant de l’installation et crée un sousproduit susceptible de générer des recettes. Il en coûte habituellement de 3 millions à 5 millions de dollars aux municipalités pour inclure le procédé de recouvrement d’Ostara dans leurs systèmes de traitement des eaux usées. Ostara rachète l’engrais produit qu’elle met en marché sous le nom de Crystal Green, remettant ainsi aux clients municipaux une part des recettes liées au sous-produit.

L’an dernier, Ostara a décroché son plus gros contrat à ce jour pour concevoir, approvisionner et construire une installation de récupération de nutriments et la production d’engrais pour Clean Water Services, opérateur de l’usine de traitement des eaux usées de Rock Creek à Hillsboro, en Orégon. Le contrat comprend deux réacteurs de récupération de nutriments Pearl® 2000 et le matériel auxiliaire, ainsi que la construction du bâtiment industriel. Les projets de cette envergure exigent souvent une forme quelconque de cautionnement d’exécution ou de cautionnement de garantie.

Le procédé Pearl® : La technologie d’Ostara permet de récupérer l’incrustation ou struvite, sous forme de pastilles cristallines très pures ou « sphérules. » Les débits d’entrée riches en nutriments sont mélangés à du chlorure de magnésium et, au besoin, à de l’hydrate de sodium avant d’alimenter le réacteur Pearl où de minuscules particules ou « grains » de struvite commencent à se former. Comme une perle, ces grains grossissent jusqu’à ce qu’ils atteignent la taille voulue. Dans une usine municipale de traitement des eaux usées, jusqu’à 90 % du phosphore et 40 % de la charge d’ammoniaque est extrait du liquide issu de la déshydratation des boues à l’aide de ce procédé. Ensuite, le produit qui en résulte est vendu comme engrais commercial Crystal Green®. L’intensité en carbone du Crystal Green est considérablement moindre que celle des procédés traditionnels de fabrication d’engrais parce qu’elle n’est pas minée et transportée. De plus, elle réduit également la lixiviation et le ruissellement.

EDC avait déjà appuyé la demande de cautionnement d’assurance d’Ostara pour l’une de ses premières usines commerciales – la première à l’extérieur du Canada – pour un contrat auprès de Clean Water Services. Une fois ce contrat conclu, l’entreprise nous a demandé un autre cautionnement pour un nouveau contrat avec Clean Water Services. Au même moment, nous étions en pourparlers en vue du refinancement d’une usine que l’entreprise avait construite et exploitait en Pennsylvanie. Pour ce contrat, Ostara cherchait un partenaire bancaire qui assumerait une part des risques dans le cadre de notre Programme de garanties d’exportations. Ostara s’est finalement associée à une banque qui comprenait son modèle d’affaires compliqué et, vu qu’EDC garantirait 50 % du prêt, jugeait le niveau de risque acceptable. Nous avons depuis appuyé deux cautionnements de contrats sur le marché canadien pour la ville de Saskatoon et envisageons d’appuyer la première installation de l’entreprise en Europe.

En 2011, Ostara a été reconnue comme Pionnier technologique par le Forum économique mondial en plus de recevoir le prix tant convoité « Technology Green 15 de Deloitte ». L’entreprise a figuré également au classement Global Cleantech 100 au cours des trois dernières années.

Tel que publié dans le Rapport sur la RSE 2011 d’EDC

Catégories Ecotechnologies, Technologies et télécommunications

Comments are closed.