Boursiers d’EDC en commerce international : Qu’est-il advenu d’eux?

Boursiers d’EDC en commerce international : Qu’est-il advenu d’eux?

Depuis plus d’une décennie, EDC aide à former les meilleurs jeunes esprits avides de se lancer dans l’arène internationale. Qui sont-ils, que font-ils et comment façonnent-ils la culture commerciale du Canada?

Les secteurs privé et public savent aujourd’hui qu’ils doivent favoriser au Canada une culture mieux axée sur le commerce international, surtout face à la mondialisation croissante de la concurrence, des communications et des marchés.

Une initiative en ce sens est le Programme Éducation jeunesse d’EDC, qui renforce les compétences en commerce international des dirigeants d’entreprises de demain depuis 2000. À ce jour, EDC a remis 306 bourses (de 18 en 2000 à 30 en 2012), volet central du programme, à des étudiants canadiens ayant manifesté leur intérêt pour ce domaine.

« Nous avons chargé le cabinet-conseil Universalia de repérer ces lauréats afin de mettre en contexte l’effet de l’investissement d’EDC sur leur participation au commerce mondial », explique Ruth Fothergill, chef, Responsabilités des entreprises.

« L’étude montre les différentes voies suivies par les boursiers pour faire du commerce mondial – directement, à titre d’entrepreneur ou comme acteur du secteur public – qui sont toutes propices à la création de débouchés pour le Canada. »

Trois anciens lauréats aujourd’hui

Ken Fox, 2006 (Université du Nouveau-Brunswick), est associé des services bancaires d’investissement, groupe mondial de l’énergie et de l’électricité, Valeurs mobilières TD, Londres (Royaume-Uni). Il a aussi travaillé aux bureaux de Calgary et de Toronto de TD.

« Le fait d’obtenir une bourse d’études d’EDC m’a non seulement apporté un soutien financier mais a aussi stimulé mon intérêt pour le commerce international. C’est cet intérêt qui m’a décidé à être muté à Londres pour y servir les clients européens, asiatiques et moyen-orientaux de TD. »

Ed Whittingham, 2004 (Université York), est directeur général du Pembina Institute, groupe de réflexion national sur les politiques dont les recherches et les services-conseils portent sur l’énergie propre, secteur en forte croissance à l’échelle mondiale.

Shaherose Charania, 2002 (Université de Western Ontario), est cofondatrice et chef de la direction de la société médiatique Women 2.0 (San Francisco) qui propose du contenu, un réseau et des conférences aux actrices de l’innovation des technologies. Elle a aussi fondé Founder Labs, qui aide à lancer de nouvelles idées dans l’univers mobile.

Constats clés

Résumé des conclusions d’un rapport produit en 2012 par Universalia à la demande d’EDC, à partir de renseignements accessibles au public dans des sources en ligne.

Catégories Exportation

Affichages connexes