Island Water Technologies de l’Î.-P.-É. : exporter l’expertise canadienne dans les écotechs vers une région reculée du globe

Island Water Technologies de l’Î.-P.-É. : exporter l’expertise canadienne dans les écotechs vers une région reculée du globe

Patrick Kiely a choisi un défi de taille pour le premier projet d’exportation de son entreprise : une ville au milieu du désert d’Algérie, en Afrique du Nord.

Or, le fondateur et chef de la direction d’Island Water Technologies (IWT), établie à l’Île-du-Prince-Édouard, sait qu’un exportateur prospère doit souvent livrer ses produits dans des endroits inattendus.

IWT est une spécialiste des technologies d’épuration des eaux usées qui crée des systèmes à faible consommation d’énergie ou alimentés par l’énergie renouvelable pour les communautés éloignées. Elle vend principalement REGEN, son système mobile d’épuration des eaux usées, aux bases militaires, aux équipes de secours aux sinistrés, aux exploitations minières et aux collectivités isolées.

IWT s’inscrit dans deux préoccupations mondiales : l’énergie renouvelable et le épuration des eaux usées.

« Notre objectif est de créer un environnement de développement technologique permettant de recenser les problèmes des clients et de leur fournir des solutions économiques et écologiques, explique M. Kiely. À ce chapitre, le projet en Algérie est une réussite. »

IWT a connu sa première réussite à l’exportation auprès de RedMed-Group, société algérienne offrant une gamme complète de produits de campement pour les baraquements de chantier et le secteur minier partout en Algérie. RedMed et IWT ont déterminé que les campements éloignés avaient besoin de meilleurs systèmes mobiles d’épuration des eaux usées.

En effet, les systèmes existants sont difficiles à utiliser, et consomment beaucoup d’énergie et de produits chimiques.

« Tout d’abord, nous avons déterminé les caractéristiques souhaitées d’un système d’épuration des eaux usées personnalisé, explique M. Kiely. Il devait notamment consommer peu d’énergie, fonctionner sans produit chimique et être simple, mobile et facile à installer dans un lieu reculé. »

Il ajoute que la plupart des campements éloignés paient le gros prix pour faire transporter leurs eaux usées, ou composent avec des systèmes prêts à l’emploi peu efficaces.

IWT a installé son premier système au siège social de RedMed à Hassi Messaoud, en Algérie.

Le site, où travaillent entre 250 et 350 personnes toute l’année, était doté d’un réseau collecteur d’eaux usées, qui étaient transportées à grands frais par camion à l’usine d’épuration régionale. L’installation du système REGEN d’IWT a duré trois jours.

Selon M. Kiely l’avantage concurrentiel de REGEN est sa consommation énergétique, la plus faible du secteur de l’épuration des eaux usées. En cas de besoin, il peut même être alimenté par l’énergie renouvelable.

« Les systèmes modulaires peuvent être installés dans les lieux éloignés où l’accès à l’électricité est limité, et surveillés à distance en temps réel afin de faciliter l’entretien et la conformité », explique-t-il.

Il souligne que dans les pays développés, le épuration des eaux usées consomme jusqu’à 3 % de l’électricité produite.

« L’industrie utilise essentiellement de grands systèmes centralisés qui consomment énormément d’énergie et entraînent des coûts élevés de transport et d’épuration, explique M. Kiely. La nouvelle génération de systèmes d’épuration consomme beaucoup moins d’énergie et peut être installée dans divers endroits. »

Il ajoute qu’IWT a trouvé son premier débouché extérieur grâce à sa compréhension du marché.

« Notre équipe d’experts a établi les lacunes de l’infrastructure actuelle, soit des mesures de réduction des coûts énergétiques négligeables, des systèmes décentralisés sous-développés et sous-utilisés et des fonctions de connexion et de contrôle des processus à distance presque inexistantes », précise M. Kiely.

L’équipe savait qu’IWT était en mesure de produire des infrastructures d’épuration des eaux usées autonomes à faible consommation d’énergie ou autoalimentées.

« Les campements éloignés qui dépensent annuellement plus de 70 000 $ pour se débarrasser de leurs eaux usées constituent le marché actuel de notre système de traitement REGEN », affirme M. Kiely.

M. Kiely ajoute que REGEN, le premier système d’épuration des eaux usées prêt à l’emploi au monde n’utilisant aucun produit chimique et consommant jusqu’à 90 % moins d’électricité, est extrêmement avantageux pour les exploitants de campements éloignés, car il fournit également de l’eau pure pouvant être réutilisée, notamment aux fins d’irrigation.

Toutefois, cette percée des marchés étrangers comportait son lot de défis.

« Nos principaux avantages se situent sur le plan des coûts du cycle de vie de l’infrastructure, indique M. Kiely. Il n’est jamais facile de convaincre les clients, particulièrement les exploitants de campements, de dépenser davantage tout de suite pour économiser plus tard. Nous devons donc proposer des options de financement ou des contrats d’entretien de l’infrastructure avantageux à long terme pour le client. »

L’entreprise a également dû trouver des partenaires qui croyaient en son potentiel. L’an dernier, IWT a obtenu 250 000 $ en capital-risque pour la commercialisation de REGEN d’Innovacorp, un fonds d’investissement d’Halifax, en Nouvelle-Écosse.

Michael Dennis, directeur des investissements d’Innovacorp, a affirmé à l’époque que les systèmes de traitement étaient essentiels pour protéger les gens et l’environnement des effets potentiellement nocifs des eaux usées d’origine humaine ou industrielle.

« Les ventes mondiales d’équipement d’épuration des eaux usées devraient dépasser 53 milliards de dollars américains d’ici 2020. IWT produit des systèmes à la technologie unique et potentiellement perturbatrice », ajoute-t-il.

Catégories Ecotechnologies

Comments are closed.

Affichages connexes