Corey Nutrition, de Fredericton : la nécessité et l’innovation comme tremplins à la réussite à l’export

Corey Nutrition, de Fredericton : la nécessité et l’innovation comme tremplins à la réussite à l’export

Le poisson constitue le point de départ de ce succès à l’exportation.

Depuis des millénaires, on pratique l’élevage des poissons et des fruits de mer ainsi que la culture des plantes aquatiques. Les Autochtones s’adonnaient à une forme d’aquaculture consistant à transférer certaines espèces de poissons d’un plan d’eau à l’autre. En 1857, le premier surintendant des Pêches du Bas-Canada s’est intéressé à l’incubation et à l’éclosion du saumon de l’Atlantique; en 1865, la production d’huîtres a été lancée à l’Île-du-Prince-Édouard.

Au Canada, l’aquaculture commerciale est passée à la vitesse supérieure dans les années 1970 et croît rapidement depuis – à un rythme d’environ 9 % par année. Aujourd’hui, l’aquaculture fournit 50 % de la production mondiale de produits de la mer.

Repérer la tendance

Alors que l’aquaculture émergeait dans les Maritimes, Lee Corey a vu les possibilités du secteur et a quitté son emploi de biologiste à Agriculture Canada afin de lancer son entreprise. Son objectif : fournir de la nourriture pour poissons à cette industrie en croissance.

Lorsqu’un incendie a complètement détruit les installations de son fournisseur, M. Corey, entrepreneur dans l’âme, s’est avisé de construire sa propre usine pour remettre son entreprise sur les rails. De là, Corey Nutrition a crû au même rythme que l’aquaculture jusqu’en 2005, année où sa clientèle a commencé à diminuer.

Innover en s’inspirant des clients

Quand M. Corey a découvert que des entraîneurs de chiens de traîneau avaient recours à sa nourriture pour poissons, il a entrepris de créer les meilleurs produits alimentaires pour animaux possible et s’est lancé sur ce marché sans plan concret. Cette façon de faire porte rarement ses fruits, mais grâce à sa fidèle clientèle, l’entreprise a pu croître.

« Nous avons cherché ce qui distinguait notre nourriture », explique Wayne Arsenault, chef de la direction de Corey Nutrition. « Nous avons compris que nos procédés sont uniques au monde. Aucune autre entreprise n’offre des croquettes aussi nutritives. Les chiens de traîneau brûlent entre 6 000 et 7 000 calories quotidiennement. Inukshuk est la gamme la plus affectionnée parce qu’elle fournit cet apport énergétique. »

Corey Nutrition est commanditaire officiel de la Yukon Quest, une course de chiens de traîneau de 1 600 km entre Whitehorse, au Yukon, et Fairbanks, en Alaska.

Innover pour se démarquer

L’entreprise vend ses produits ProSeries à l’international et a lancé sa gamme North Paw Sans Grain en juillet dernier. Elle fait ainsi profiter le marché de sa méthode de fabrication unique.

S’inspirant de son passé en aquaculture, M. Corey recourt à un procédé sous vide permettant de faire pénétrer les nutriments dans ses croquettes. « Contrairement aux concurrents, qui vaporisent les gras et huiles essentielles, précise M. Arsenault, nous remplissons les poches d’air de ces nutriments. Nos croquettes sont donc plus denses et croquantes, ce qui est bon pour la santé dentaire de l’animal. Nos produits sont aussi plus faciles à digérer, car les ingrédients sont moulus beaucoup plus finement, un autre procédé inégalé dans l’industrie. »

Grâce à l’innovation dont elle a fait preuve dans la conception de ses emballages et au recours à des techniques novatrices de formulation des aliments, Corey Nutrition a reçu le titre d’exportateur innovateur de l’année d’Opportunités Nouveau-Brunswick.

Des aliments conçus pour eux, mais assez bons pour nous

L’usine de Corey Nutrition a été la première à recevoir la certification Safe Quality Food du Safe Quality Food Institute, dont le programme est reconnu par l’Initiative mondiale pour la sécurité alimentaire (GFSI) et relie la certification de la production primaire à la fabrication d’aliments et à la distribution.

Ainsi donc, un humain pourrait manger de vos croquettes? « Absolument, déclare M. Arsenault en riant, mais elles ont un arrière-goût assez persistant. J’ai déjà goûté la formule Inukshuk 32-32 et je dois vous avouer que la saveur de poisson y est très présente. »

Il confie aussi qu’il arrive, lors de salons professionnels, que Lee Corey lance une croquette en l’air et la gobe en guise de grignotine.

Un succès international

On compte de plus en plus d’animaux de compagnie dans le monde, et la relation maître-animal évolue. Les animaux sont désormais considérés comme des membres de la famille, et cette nouvelle relation témoigne de nouvelles réalités économiques.

Les occasions sont là pour les entreprises voulant tirer profit de cette tendance en commercialisant un large éventail de biens et de services pour cette clientèle grandissante. Elles n’ont qu’à se positionner de façon à asseoir leur crédibilité.

La majorité des ventes de Corey Nutrition sont des exportations. « Nous ciblons les marchés où nous désirons nous implanter, révèle M. Arsenault, puis nous travaillons avec le Consulat du Canada pour bâtir une relation avec des partenaires locaux crédibles qui ont une connaissance concrète du marché. Grâce à eux, nous pouvons créer une stratégie commerciale adaptée. Par exemple, au Mexique, ProSeries est devenu un concurrent redoutable sur le marché spécialisé des animaux de compagnie. »

Plus d’aperçus au sujet de l’exportation avec Lee Corey de Corey Nutrition sont disponible ici.

Catégories Exportation

Comments are closed.

Affichages connexes