La diversification alimente la croissance robuste et soutenue des exportations du Québec

La diversification alimente la croissance robuste et soutenue des exportations du Québec

Le Québec abrite l’une des économies exportatrices les plus diversifiées au Canada par la nature de ce que la province vend à l’étranger, une diversification qui l’aide à prospérer sur les marchés mondiaux. Qu’il s’agisse de secteurs axés sur les matières premières comme les métaux et les minerais ou les produits forestiers, ou encore de biens manufacturés tels que les avions et les pièces d’avion, la valeur des exportations du Québec devrait augmenter de 10 % cette année et s’apprécier de nouveau de 8 % en 2016.

L’aéronautique est le secteur à l’exportation du Québec affichant la croissance la plus rapide grâce à la fermeté de la demande en aéronefs et en pièces d’avion provenant de grandes et de petites entreprises partout sur le globe. Comme cette industrie contribue à un peu plus d’un dollar des sept dollars gagnés par le Québec dans le cadre de ses activités d’exportation, la croissance escomptée de 33 % de ce secteur cette année et les nouveaux gains attendus de 17 % en 2016 sont assurément de bonnes nouvelles pour l’économie de la province en général.

D’autres secteurs ont le vent dans les voiles. L’industrie des produits chimiques et plastiques, qui comptent pour environ 10 % des exportations totales du Québec, dégagera aussi une robuste croissance dans les deux chiffres cette année. Selon EDC, l’essor de ce secteur bondira de 11 % cette année et de 7 % en 2016. En ajoutant à ce tableau l’essor attendu de 5 % cette année des exportations de métaux, de minerais et d’autres produits industriels – le plus important secteur à l’exportation de la province – et la progression encore plus marquée de 6 % en 2016, il est facile de comprendre pourquoi les exportations québécoises s’apprécieront de plus de 7 milliards de dollars cette année.

L’embellie des exportations de la belle province s’explique surtout, comme c’est le cas dans les autres provinces, par la montée en puissance de l’économie américaine, ainsi que par un huard moins gaillard qui confère à nombre d’exportateurs un avantage induit par les prix au moment de vendre sur le marché américain. Fait à noter, plus de 70 % des exportations québécoises sont destinées au marché américain, et près de la moitié d’entre elles prennent la direction de sept États américains, avec en tête de liste l’État de New York. La demande grandissante de nouvelles maisons aux États-Unis aidera à compenser le repli de la demande du côté des exportations de papier journal et de pâte. Il en ressort donc que l’industrie forestière du Québec devrait dans l’ensemble récolter des gains de 6 % en 2015 et de 4 % l’an prochain.

Il y a d’autres bonnes nouvelles : EDC s’attend à ce que l’économie américaine maintienne sa vigoureuse croissance pendant au moins les deux prochaines années. Ainsi, malgré la légère appréciation du dollar canadien attendue en 2016, la conjoncture semble favorable pour la plupart des exportateurs l’an prochain. Pour accéder à l’information la plus complète à propos des prévisions pour le Québec, les autres provinces canadiennes, les 11 principaux secteurs de l’économie canadienne et à une analyse des facteurs prépondérants influant sur l’évolution de l’économie mondiale, veuillez consulter les Prévisions à l’exportation de l’automne 2015 d’EDC.

Catégories Exportation, Prévisions à l'exportation

Comments are closed.

Affichages connexes