Débouchés au-delà des pays BRIC : Indonésie — Miser sur la quatrième main-d’œuvre en importance au monde

Débouchés au-delà des pays BRIC : Indonésie — Miser sur la quatrième main-d’œuvre en importance au monde

On estime que d’ici 2020, environ huit millions d’Indonésiens rejoindront chaque année les rangs de la classe moyenne. Résultat : des habitudes de consommation transformées, de nouvelles chaînes d’approvisionnement et une profusion de débouchés pour les entreprises canadiennes. Il faut donc agir sans plus tarder.

Au cours des dernières années, la croissance des exportations canadiennes a été plus importante en Indonésie que presque partout ailleurs. De récentes données gouvernementales indiquent que la valeur des exportations canadiennes s’y est accrue en moyenne de 11 % par année de 2007 à 2012, alors que le taux de croissance à l’échelle mondiale n’était que de 0,2 %. Pendant la même période, la valeur de l’investissement direct canadien en Indonésie a bondi de plus de 50 %, pour atteindre 3,2 milliards de dollars. En 2013, la croissance devrait encore progresser de 20 %.

À l’exportation, le Canada se démarque dans le secteur des ressources, comme la potasse et le blé, mais aussi dans la filière aéronautique, la valeur des exportations de ce secteur s’établissant aujourd’hui à plus de 400 millions de dollars (environ 10 millions de dollars il y a six ans). Le Canada investit principalement dans les secteurs de l’énergie, des mines et de l’infrastructure connexe en Indonésie. Quatre autres secteurs présentent des débouchés prometteurs pour l’équipement et les services canadiens, soit le transport terrestre, l’agroalimentaire, les technologies propres et les soins de santé.

À l’instar de la Chine et de l’Inde, ce pays de près de 250 millions d’habitants abrite une classe moyenne en plein essor. Sa main-d’œuvre, quatrième en importance au monde, est l’une des plus jeunes. « Près de la moitié de la population a moins de 25 ans et la main-d’œuvre est dynamique et ne demande qu’à être formée », explique Chia Wan Liew, représentant en chef d’EDC pour l’Asie du Sud-Est.

Le transport aérien et terrestre

Au cours des 20 prochaines années, près de la moitié de l’augmentation mondiale de la circulation aérienne proviendra de l’Asie-Pacifique, selon le Service des délégués commerciaux du Canada (SDC). L’Indonésie est l’un des plus grands marchés de la région et présente des débouchés sans précédent pour l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement de la filière aéronautique canadienne.

En effet, c’est en Indonésie que se trouve la plus importante flotte d’aéronefs CRJ1000 de Bombardier à l’extérieur de l’Amérique du Nord. Le pays a besoin de milliers de nouveaux aéronefs, mais aussi de pièces, de services d’entretien, de réparation et de remise à neuf — 1100 entreprises canadiennes sont présentes dans ce secteur. En février dernier, par exemple, la société ontarienne Flying Colours Corp. s’est vue confier l’aménagement intérieur de tous les avions d’affaires à réaction du géant de l’aéronautique (à son nouveau centre de service de Singapour, destiné aux marchés de l’Indonésie et de l’Asie-Pacifique).

La densité du réseau routier de l’Indonénie étant parmi les plus faibles en Asie du Sud-Est, le pays compte construire 20 000 km de routes, en plus de développer son réseau ferroviaire, d’ajouter 15 000 mégawatts à son infrastructure énergétique et de doubler ses dépenses dans les infrastructures portuaires et aéroportuaires.

En novembre dernier, le gouvernement ontarien, en collaboration avec le SDC (Jakarta), la CCC et EDC, a mené une mission dans le secteur de l’infrastructure aéroportuaire à Jakarta et Bali. Six entreprises canadiennes présentes dans la chaîne de valeur du secteur (conception, ingénierie, administration aéroportuaire, sécurité et équipement) ont ainsi rencontré des exploitants d’aéroports et des agences gouvernementales locales afin de discuter de leurs plans et de leurs besoins.

« Ces projets prennent beaucoup de temps à se concrétiser. Certaines entreprises ont toutefois déjà présenté des propositions préliminaires aux autorités indonésiennes compétentes, ce qui est une bonne nouvelle », affirme M. Liew.

Autre atout majeur : l’Indonésie est l’un des 10 pays de la zone de libre-échange de l’Asie du Sud-Est (ANASE). « L’Indonésie offre ainsi un accès privilégié aux chaînes d’approvisionnement en facilitant la circulation des biens et de la main-d’œuvre et la prestation de services entre ces marchés. Elle sert aussi de passerelle vers la Chine, son plus grand partenaire commercial, affirme M. Liew, ajoutant que 95 % des produits des pays de l’ANASE qui entrent en Chine sont exemptés ou presque de droits de douane.

cliew@edc.ca

Catégories Asie-Pacifique

Comments are closed.

Affichages connexes