Absolute NDE : Pipeline vers les nouveaux marchés

Absolute NDE : Pipeline vers les nouveaux marchés

Absolute mise sur son expertise unique pour développer de nouvelles méthodes d’essai en situation réelle, sans interrompre la construction.

Dès l’abord, l’enthousiasme de Frédéric Jacques pour ce créneau est palpable, un associé et lui ayant vu dans le domaine des hydrocarbures un secteur porteur pour son entreprise, Absolute NDE. Depuis sa fondation en 2008, cette spécialiste de l’inspection non destructive de pipelines a généré des recettes de 11 millions de dollars (2011).

Sise tout près de Québec, Absolute, dont M. Jacques est maintenant l’unique propriétaire, compte plusieurs installations (France, Brésil, Norvège, Australie) et 50 employés et sous-traitants dans 12 pays.

« Comme une chaîne, un pipeline n’est aussi solide que son maillon le plus faible », indique M. Jacques. Trouver ce maillon est à la fois un défi et une occasion, vu les innombrables pipelines à inspecter partout sur la planète et les nombreux géants du secteur. Comment une PME réussira-t-elle à s’y lancer et à se démarquer?

Les trois P

Grâce à une expertise poussée, pointue et polyvalente, selon M. Jacques : « Nous sommes spécialisés en R-D et en inspection de pipelines constitués de matériaux exotiques aussi bien que de matériaux traditionnels tels que l’acier au carbone.

L’appui d’EDC

« Nous avons fait adhérer notre banque au Programme de garanties d’exportations d’EDC pour qu’elle puisse augmenter notre fonds de roulement pour financer l’achat d’équipement nécessaire et accroître nos activités à l’étranger », explique M. Jacques.

Il avoue aussi qu’au début de 2008, Absolute a été échaudée par la défaillance d’un client brésilien. « Dès lors, nous avons examiné des solutions d’assurance crédit et amorcé notre relation avec EDC. Et comme les risques et les besoins de financement augmentent sensiblement en période d’expansion, nous utilisons divers produits d’EDC pour accroître nos liquidités et nos marges de crédit en fonction des entrées de fonds attendues. »

« Il n’existe aucune méthode d’inspection standard pour les nouveaux matériaux de construction comme l’acier inoxydable (et d’autres alliages); souvent, la méthode traditionnelle d’inspection par radiographie est peu performante comparativement à nos solutions d’inspection. Nous avons donc développé des méthodes exclusives d’essai automatisé par ultrasons (échographie à multi­éléments). » Ces méthodes – ou essais non destructifs (END) – établissent l’intégrité du pipeline sans l’altérer ni interrompre la construction.

Avant de lancer Absolute, M. Jacques a acquis des années de formation et d’expérience en R-D chez un grand fabricant de produits technologiques du secteur. Puis, il a passé cinq ans en Italie à développer des méthodes et des qualifications d’inspection pour des sociétés mondiales d’hydrocarbures. C’est ainsi qu’il a appris à trouver des solutions à la volée, à tisser des relations internationales et à comprendre les débouchés mondiaux.

L’entreprise a fait une percée lorsqu’une firme d’inspection reconnue dans le domaine des hydrocarbures a eu de la difficulté à tester environ 300 des 3 000 joints de pipeline de différents alliages. Sur la recommandation d’une connaissance commune, la société s’est adressée à M. Jacques, lui donnant trois semaines pour faire ses preuves. « En moins d’une semaine, nous étions qualifiés pour inspecter le reste des soudures. »

Fort impressionnée, celle-ci a adjugé à Absolute la totalité du contrat d’inspection suivant (d’au plus 9 millions de dollars).

« Lorsqu’un client nous fait confiance pour les éléments les plus complexes de ses pipelines, nous arrivons souvent à le persuader de nous confier aussi les éléments plus conventionnels », ajoute-t-il.

À l’affût des prochains matériaux

Prévoir les futurs matériaux de pipeline est un autre facteur de réussite. « Un pipeline en mer peut rester sous l’eau pendant 25 ans », souligne M. Jacques, qui cherche à savoir quels nouveaux matériaux non corrosifs sont en cours de développement et comment garantir leur intégrité.

L’entreprise cherche ainsi à diversifier ses activités sur des marchés clés comme le Brésil, où l’exploitation pétrolière en mer est florissante. « Un de nos employés qui a vécu là nous a aidés à adapter notre approche commerciale aux pratiques brésiliennes », dit-il.

Par exemple, les taxes et les droits à l’importation y sont parfois très élevés. Dans le cas d’une machine importée coûtant 250 000 $ au Canada, le prix serait le double au Brésil.

Pour Absolute, les débouchés pro­metteurs sur des marchés émergents l’emportent de beaucoup sur les contraintes et les coûts additionnels. À mesure que l’entreprise grandit, M. Jacques recherche des acquisitions à l’étranger pour décrocher de plus gros contrats sur encore plus de marchés pétroliers et gaziers d’importance.

Catégories Mines et énergies

Comments are closed.

Affichages connexes