Offerte par Colton International

Colton International: financement de commerce électronique ouvre les portes aux marchés internationaux

Vancouver est connue pour ses cafés sympathiques et ses logements à prix exorbitants, mais elle se distingue aussi sur un autre aspect, quelque peu surprenant : on y trouve le plus important revendeur de griffes italiennes au monde. Depuis 2002, la ville héberge également un club d’achat très sélect – un ancien penthouse converti en boutique – qui offre le service de limousine à sa distinguée clientèle, formée du gratin de la ville.

Colton International est un grossiste qui acquiert sur le marché italien des produits de marques telles que Prada, Gucci et Fendi pour les revendre à des marchands en ligne.

« Nous fournissons à tous les grands détaillants et aux principales entreprises de commerce en ligne, aux États-Unis comme à l’étranger », affirme Howard Colton, l’homme plus grand que nature derrière l’entreprise. « Nous occupons un marché à créneaux. »

Par ailleurs, il en coûte 25 000 $, payable à l’avance, pour devenir membre de Colton’s Personal Couture, le club d’achat. La clientèle privilégiée peut s’y procurer des produits de luxe italiens à prix réduit, en plus de bénéficier de certains extras, dont un service de vente spécialisé. Sur les 25 000 $, les frais d’adhésion représentent 7 500 $, et le reste est crédité sur le compte du client.

La genèse des entreprises d’Howard Colton, dont il demeure le propriétaire exclusif, remonte à l’époque où il faisait affaire avec le géant de la commercialisation en masse Costco Wholesale. Il se souvient de sa première vente, en 1996 : des bâtons de golf faits sur mesure. De nombreuses années plus tard, sa première vente en ligne (des produits Giorgio Armani) a fait exploser son chiffre d’affaires.

En 1996, Colton International comptait trois employés et enregistrait des ventes de 2 millions de dollars. Depuis, grâce au lucratif marché en ligne combiné à une stratégie commerciale astucieuse, ce chiffre a grimpé à 75 millions de dollars. Sur ce montant, M. Colton estime qu’environ 3 millions de dollars proviennent de Colton Personal Couture.

« Nous avons maintenant nos bureaux en Italie, où travaillent 20 personnes à temps plein, en plus de nos bureaux de Vancouver, qui en comptent 25. »

Colton International réalise 75 % de ses ventes en ligne aux États-Unis; l’Asie compte pour 15 %, et le Canada, 10 %.

« Nous avons été les premiers à fournir ce type de produits griffés en ligne », relate l’homme d’affaires à propos de ses débuts.

M. Colton mentionne que ses clients américains sont des détaillants bien établis, mais que d’autres, en Asie, sont méconnus au Canada. C’est pourquoi il a fait appel à Exportation et développement Canada (EDC).

« Nous voulions obtenir des garanties pour certains clients étrangers qui nous étaient peu connus, mais qui avaient un très bon profil », ajoute M. Colton. Il a donc souscrit l’Assurance comptes clients d’EDC.

« C’était un moyen de rassurer notre banque. Ça nous a aussi rassurés, car ainsi notre seul souci était d’expédier la marchandise. On dort mieux quand on n’a pas à se préoccuper des comptes clients. »

Cette couverture a également donné à M. Colton la confiance nécessaire pour prospecter des clients qui autrement lui auraient semblé trop risqués ou inconnus.

« Ça nous a permis de trouver de nouveaux débouchés et d’accéder à divers marchés par l’intermédiaire de petits clients. La plupart de nos clients sont admissibles à une assurance crédit, mais bien sûr, certains ne le sont pas. De savoir qu’EDC assure le compte, ça met en confiance. »

Pour sa part, EDC privilégie le partenariat, c’est-à-dire le soutien aux exportateurs en collaboration avec leur banque canadienne.

« M. Colton nous a été présenté par un de nos partenaires du secteur bancaire. Son entreprise a tout de suite retenu notre attention en raison de son modèle unique, qui met l’accent sur le commerce en ligne et sur une chaîne d’approvisionnement internationale », déclare Heather Stokes, directrice de comptes à EDC.

« M. Colton a une impressionnante salle de démonstration à Richmond, et il y a certainement une demande pour ses produits de prestige. L’industrie du vêtement prend de l’expansion en Colombie-Britannique, et c’est stimulant de pouvoir y participer en partenariat avec un exportateur d’expérience. »

Catégories Exportation

Comments are closed.

Affichages connexes