Steeve Maples : repenser un produit phare canadien

Steeve Maples : repenser un produit phare canadien

Selon la légende, le sirop d’érable aurait été découvert par accident lorsqu’un autochtone a planté sa hache dans un érable situé près de son feu de camp. La chaleur du feu a fait couler la sève de l’arbre le long du manche de la hache jusqu’au pot sur le feu. Trouvant son repas soudainement délicieux, l’autochtone a vite fait de cueillir, bouillir et réduire cette « sève sucrée » en un sirop épais et savoureux.

Roger Steeves, chef de la direction de Steeves Maples, entreprise établie à Elgin, au Nouveau-Brunswick en sait peut-être quelque chose. Même si la famille Steeves pratique l’acériculture depuis 1869, les populations autochtones maîtrisent l’art de produire du sirop depuis belle lurette, en fait bien avant le 18e siècle lorsque le clan Steeves s’établit dans la région d’Elgin.

« N’oublions pas, fait remarquer M. Steeves, que le sucre était une denrée rare et très coûteuse à l’époque. Le sirop d’érable était donc très prisé. »

Une solution inédite

Ses exportations de sirop d’érable totalisant 359 millions de dollars en 2015, le Canada occupe le premier rang mondial comme producteur de produits du sirop d’érable.

Les érables poussent un peu partout dans le monde. Mais ce n’est que dans le Nord-Est de l’Amérique du Nord qu’on retrouve les conditions climatiques voulues pour produire de la sève et en faire du sirop d’érable.

Généralement, la récolte et la production sont circonscrites à quelques semaines seulement, soit à partir de la fin février jusqu’au début d’avril.

« Et c’est là où le bât blesse, » observe M. Steeves. « La période de cueillette restreinte, la quantité de produit limitée, le coût élevé de la production et les conditions climatiques imprévisibles sont autant de facteurs avec lesquels nous devons composer. »

Face à cette réalité, Roger Steeves s’est tourné vers la biologie moléculaire.

L’érable au 21e siècle

Fasciné par les systèmes moléculaires, au début des années 1990 M. Steeves songe à créer un produit qui, sur le plan moléculaire, serait essentiellement identique au sirop d’érable pur. « Le sirop d’érable manque souvent d’uniformité sur le plan de sa saveur et de sa couleur, explique-t-il. De même, la période de production extrêmement brève le rend très coûteux. Je me suis dit qu’on pouvait faire mieux. »

M. Steeves communiqua avec des scientifiques des produits alimentaires au Conseil de la recherche et de la productivité du Nouveau-Brunswick. Au terme d’une recherche-développement coûteuse et exhaustive, le produit phare de Steeves Maples, le sirop l’Original canadien, vit le jour.

Puisque le sirop d’érable pur ne peut être récolté qu’environ 6 semaines par année, la plupart des sirops qu’on trouve dans les magasins sont faits à partir d’un mélange d’ingrédients du sirop d’érable ou sont à saveur d’érable. La vaste majorité de ces sirops peu coûteux et de faible qualité ont une teneur élevée en fructose de sirop de maïs ainsi que d’autres sucres, additifs ou agents de conservation.

Le produit Steeves n’est pas considéré comme du sirop d’érable pur, mais il s’agit néanmoins d’un produit entièrement naturel à saveur d’érable qui peut être utilisé au même titre que le sirop d’érable traditionnel.

Quelle est la différence?

Le sirop d’érable pur est entièrement fait de la sève de l’érable, qui est chauffée jusqu’à ce qu’elle atteigne un degré Brix (teneur en sucre) de 66 à 68 pour cent.

Le sirop « L’Original canadien » est un mélange naturel de sirop d’érable pur, de sucre de canne à sucre et de saveur d’érable cuit jusqu’à un degré Brix de 66 à 68 % : il s’agit donc d’un produit naturel, essentiellement identique au vrai sirop d’érable.

Or, facteur non négligeable, le sirop Steeves se vend à une fraction du prix du sirop d’érable pur. Produit fabriqué, il offre une uniformité sur le plan de la qualité et il est disponible à l’année longue.

La réussite durement gagnée a bien meilleur goût

La création et la commercialisation du nouveau produit ont été un lourd fardeau pour Steeves Maples. « Nous y avons consacré beaucoup d’argent, se rappelle-t-il. Comme nous ne recevions aucune subvention gouvernementale, le développement du produit s’est révélé ardu. Il nous fallait absolument réussir ou faire nos valises. »

À partir de la formule du produit « l’Original canadien », l’entreprise Steeves a créé une gamme complète de produits pour la vente au détail et pour des clients industriels. Elle a également acquis une vaste expérience dans les produits de marque maison et les produits personnalisés, ainsi que dans la recherche-développement dans ses laboratoires de 12 000 pieds carrés.

Plus d’aperçus au sujet de l’exportation avec Roger Steeves de Steeves Maples sont disponible ici.

Catégories Fabrication

Comments are closed.

Affichages connexes