L’envolée de l’industrie aéronautique propulsera la croissance des exportations du Québec en 2016

L’envolée de l’industrie aéronautique propulsera la croissance des exportations du Québec en 2016

La croissance de la filière aéronautique du Québec devrait grimper de 14 %, car Bombardier devrait livrer ses nouveaux avions de la CSeries au deuxième trimestre de 2016. Dans son édition du printemps 2016 des Prévisions à l’exportation, EDC prévoit que la croissance à l’export de la belle province atteindra 5 % cette année et l’an prochain.

QuébecDécollage escompté de l’industrie aéronautique du Québec cette année

L’année 2016 marquera un jalon important pour Bombardier, fleuron de la belle province, car la réussite de l’avionneur imprimera un vif élan à l’économie du Québec. D’autres exportateurs de ce secteur contribueront aussi au succès à l’export de la province.

« Bombardier n’est pas seule à alimenter la croissance de l’industrie aéronautique », déclare Peter Hall, économiste en chef d’EDC. « La performance du sous-secteur de l’équipement et des services appuiera aussi l’augmentation des exportations québécoises cette année. Par exemple, la société CAE de Montréal a décroché cette année d’importants contrats pour la fourniture de simulateurs à la marine allemande et à l’armée de l’air américaine. » En outre, EDC table sur une poussée de la demande adressée aux segments des pièces d’avion, de l’équipement et des services de la part des marchés émergents.

L’essor de la demande américaine, porteur de débouchés pour les sociétés québécoises

La progression des exportations du Québec est intimement liée à la conjoncture aux États-Unis. L’accélération de l’économie américaine – et l’intensification de la demande qui s’ensuit – continuera d’être un facteur déterminant de croissance pour les entreprises québécoises cette année et l’an prochain.

« La vaste majorité des exportations québécoises prennent la direction du marché américain. Le dynamisme de l’activité aux États-Unis est assurément une bonne nouvelle pour les exportations de la belle province », précise M. Hall. « L’avantage conféré par un dollar canadien moins vigoureux continuera d’offrir des occasions concurrentielles aux entreprises tournées vers l’exportation. » Dans ce contexte, de nouveaux débouchés se profilent à l’horizon pour les entreprises québécoises qui exportent et celles qui songent à rayonner à l’international.

La diversification, au cœur de la réussite des exportations du Québec

Les prévisions positives pour la tenue des exportations du Québec tiennent aussi de la diversification des secteurs d’exportation. Par ailleurs, les perspectives sont aussi plutôt favorables pour les industries des ressources. Le premier secteur à l’export en importance – celui des métaux, des minerais et d’autres produits industriels – représente près du quart de l’ensemble des exportations provinciales. La croissance de ce secteur devrait gagner 4 % cette année et l’an prochain. D’autre part, l’industrie forestière québécoise devrait réaliser une belle performance, surtout en raison de l’essor soutenu des mises en chantier aux États-Unis qui éperonne la demande en bois d’œuvre. La croissance de ce secteur devrait se fixer à 4 % cette année et à 5 % en 2017.

Pour en savoir plus sur les perspectives se dessinant pour les exportations du Québec, veuillez consulter les Prévisions à l’exportation – Printemps 2016. Vous y trouverez des renseignements et des analyses à propos des répercussions de la conjoncture économique mondiale sur toutes les provinces canadiennes ainsi que sur un éventail de secteurs.

Catégories Exportation

Comments are closed.

Affichages connexes