Vous songez à investir aux États-Unis? Communiquez avec SelectUSA!

Vous songez à investir aux États-Unis? Communiquez avec SelectUSA!

En juin dernier, une délégation représentant plus d’une centaine d’entreprises canadiennes a pris la direction de Washington. Les équipes de direction de ces entreprises cherchaient à investir aux États-Unis et leurs représentants se rendaient dans la capitale américaine à l’invitation de SelectUSA : un programme fédéral sans équivalent aux États-Unis jouant le rôle de guichet unique auprès de potentiels investisseurs directs de l’étranger.

Créé par le président Barack Obama en 2011, SelectUSA vise à promouvoir l’investissement à l’ensemble du marché américain. Par le passé, ce genre d’activité était réalisé à l’échelon des États et des territoires. En fondant SelectUSA, le président a rehaussé les efforts locaux destinés à promouvoir l’investissement à l’échelle fédérale.

Qu’est-ce qui a motivé sa création? La raison est simple : l’investissement direct étranger est bénéfique pour l’économie américaine. En effet, selon les statistiques, les entreprises étrangères créent systématiquement des emplois de qualité supérieure. D’ordinaire, les employés recrutés par des sociétés étrangères aux États-Unis gagnent un salaire annuel de 80 000 dollars – soit nettement au-dessus de la moyenne nationale », explique Vinai Thummalapally, directeur général de SelectUSA.

« Nous voulions établir à Washington un organisme qui serait perçu comme un guichet unique vers lequel peuvent se tourner les investisseurs, peu importe leur taille ou leur envergure », déclare M. Thummalapally. « Nous offrons nos services à des entreprises de toutes tailles; nous avons d’ailleurs constaté que les demandes de renseignements représentent un poids considérable pour les PME. »

Les trois principaux services offerts par SelectUSA sont regroupés dans les catégories suivantes : communication de l’information, réseautage et promotion.

Ainsi, la rubrique « Resources » du site Web de SelectUSA permet d’accéder aisément à une précieuse veille commerciale, notamment des statistiques démographiques, des analyses sur le coût de la vie ainsi que des renseignements relatifs à la réglementation dans tous les secteurs.

« À l’étape du contrôle préalable, il y une multitude d’informations à vérifier », précise M. Thummalapally. « Ces informations sont en bonne partie accessibles depuis le site Web des agences fédérales, mais savoir où les trouver peut représenter une tâche intimidante pour les PME », confie-t-il.

Quant au réseautage, l’objectif est de tisser des relations qui profiteront aux investisseurs potentiels.

« Souvent, les entreprises ont du mal à dénicher des contacts locaux », précise M. Thummalapally. « Nous ne pouvons leur faire de suggestions par souci de neutralité, mais les investisseurs nous diront fréquemment qu’ils cherchent à nouer des relations dans des villes ou régions particulières, comme Boston, la Silicon Valley et la ville d’Austin, au Texas. Nous sommes alors en mesure d’effectuer ces mises en relation pour eux. »

Enfin, SelectUSA agit en quelque sorte comme un ombudsman auprès des investisseurs.

« Ils misent sur notre capacité à accéder à toutes les agences fédérales », soutient M. Thummalapally. « S’ils ont besoin d’un complément d’information ou si l’agence qu’ils ont contactée n’a pas répondu à leur demande, nous pouvons assurer un suivi. Notre rôle n’est pas celui d’une instance. Il s’apparente davantage à celui de partenaire de l’investisseur. »

Voici deux entreprises canadiennes ayant fait appel à SelectUSA.

Kirchhoff Van-Rob Inc. – Cette entreprise spécialisée dans la fabrication de pièces automobiles a récemment investi 20 millions de dollars à Lansing, dans l’État du Michigan. « Voilà une entreprise canadienne très concurrentielle », déclare M. Thummalapally.

 

Clearpath Robotics – Cette société établie à Kitchener, en Ontario, fournit des solutions mobiles dans le domaine de la robotique. Ses dirigeants souhaitent être présents sur le marché américain et s’établir dans la Silicon Valley, l’un des lieux d’affaires les plus chers aux États-Unis. Ce choix s’est révélé judicieux, car de 2009 à 2013 l’effectif de l’entreprise est passé de 80 à 137 employés. « En se dotant d’installations dans la Silicon Valley, Clearpath a plus facilement accédé à l’écosystème de talents de la région », précise M. Thummalapally.

Catégories Exportation

Comments are closed.

Affichages connexes