Amélioration en perspective pour les exportations de l’Ouest canadien

Amélioration en perspective pour les exportations de l’Ouest canadien

Sans surprise, le fléchissement des cours pétroliers a assombri la performance à l’exportation des économies de l’Ouest canadien, et tout particulièrement de l’Alberta, où le secteur de l’énergie représente plus du trois quarts de la valeur de tout ce que la province vend au monde. Il y a une autre bonne nouvelle à annoncer : dans sa livraison de l’automne 2015 des Prévisions à l’exportation, EDC prévoit que le pire est derrière nous et que le tableau des exportations de l’Alberta, de la Saskatchewan et du Manitoba devrait s’embellir en 2016 – en partie grâce à la modeste remontée des cours énergétiques, mais aussi parce que l’économie américaine devrait poursuivre sur la voie d’une robuste croissance.

Cette année, les trois provinces de l’Ouest ont encaissé un net recul de leurs exportations, qui se chiffre à -43 % pour la Saskatchewan, à -30 % pour l’Alberta et à -24 % pour le Manitoba. La Saskatchewan et le Manitoba ayant une économie plus diversifiée que celle de l’Alberta, leurs exportations n’ont pas été aussi durement touchées. En fait, le Manitoba, où les industries hors énergie contribuent à près de 90 % des recettes d’exportation, a en réalité connu une hausse modéré de ses exportations globales cette année, tandis que la Saskatchewan a vu la croissance de l’ensemble de ses exportations diminuer de seulement 6 %, à la faveur du fort dynamisme des exportations d’engrais et de produits agroalimentaires.

Cette évolution est observée dans d’autres provinces et régions, où la diversification supérieure des exportations – et des marchés d’exportation – aide à atténuer les effets d’une contraction de l’activité dans un secteur ou dans un pays donné. Le Manitoba est la plus province de l’Ouest la plus diversifiée, suivie de près par la Saskatchewan. Pour ces deux provinces, les marchés autres que les États-Unis sont la destination d’environ le tiers des exportations. À titre de comparaison, pas moins de 90 % des exportations de l’Alberta prennent la direction des États-Unis. Par ailleurs, par rapport à l’Alberta, le Manitoba et l’Alberta présentent un éventail plus vaste de produits d’exportation et aucun secteur ne contribue à plus de 40 % des ventes.

Toutefois, il y a un revers à la médaille. En effet, la diversification qui a aidé la Saskatchewan et l’Alberta à atténuer les conséquences du tassement des cours énergétiques sur leurs exportations fera en sorte que ces provinces n’assisteront pas à un bond aussi important de leurs exportations l’an prochain, comparativement à l’Alberta, soit au moment où les cours pétroliers seront en légère progression. Ainsi, la croissance des exportations globales de l’Alberta devrait grimper de 15 % en 2016, sous l’impulsion d’une appréciation de 20 % de la valeur des exportations d’énergie, tandis que l’intensification de 15 % du dynamisme des exportations énergétiques du Manitoba bonifiera l’ensemble des exportations de la province, dont la croissance plus modeste (mais toujours dynamique) atteindra les 6 %. Quant à la Saskatchewan, l’ascension de 13 % de ses exportations énergétiques participera à une hausse de 5 % de ses exportations en général.

La livraison de l’automne 2015 des Prévisions à l’exportation réserve d’autres bonnes nouvelles : les perspectives pour la croissance à l’export dans les provinces de l’Ouest canadien correspondent à celles à l’échelle du pays. Cette amélioration permettra de faire bondir la croissance du produit intérieur brut (PIB) du Canada de 2,3 % en 2016. Pour en savoir plus sur l’évolution de l’économie canadienne et de nos exportations, accédez à la version intégrale.

Catégories Prévisions à l'exportation

Comments are closed.

Affichages connexes