« Nous avons toujours su que c’était à l’international que nous aurions du succès. » Entrevue avec Alexandre Simionescu, cofondateur de Float4.

« Nous avons toujours su que c’était à l’international que nous aurions du succès. » Entrevue avec Alexandre Simionescu, cofondateur de Float4.

Alexandre Simionescu est l’un des cofondateurs de Float4, un studio multidisciplinaire qui amplifie l’identité des lieux physiques par l’entremise d’installations sensorielles numériques.

Cliquez ici pour en apprendre davantage sur la réussite à l’exportation de cette entreprise.

Quand et pourquoi avez-vous commencé à songer à l’exportation pour votre entreprise?

Nous avons toujours su que c’était à l’international que nous aurions du succès. Nous visons principalement des métropoles qui sont avant-gardistes et qui donnent le ton. Les grands centres d’innovation représentent un plus grand potentiel de clientèle pour nous. Notre premier voyage d’affaires était à Dubaï où nous espérions, un peu naïvement, trouver de nouveaux clients.

Notre première vente à l’exportation s’est déroulée vers la fin 2009. Nous avons créé une installation permanente pour le siège social de Verizon au New Jersey, aux États-Unis. Puis, au début de 2010, nous avons réalisé un mur interactif pour Case-mate au Consumer Electronics Show de Las Vegas.

Comment s’est déroulé votre parcours d’exportation pour en arriver où vous en êtes aujourd’hui?

Aux États-Unis, le fait de travailler sur un lancement de produit majeur nous a amené une très excellente visibilité auprès de nombreuses entreprises qui sont désormais clientes.

Quant à Dubaï, la crise économique de 2008 a mis un frein à nos démarches. Par contre, depuis quelques années, les discussions ont repris. Heureusement, l’annonce de la tenue de l’exposition universelle là-bas en 2020 a redonné confiance aux investisseurs.

Quelle est la plus grande différence entre la vente au Canada et ailleurs dans le monde? Comment vous y êtes-vous adapté?

La culture a un impact important sur la façon dont nous nous présentons, il faut donc s’y adapter. Quant à la question de la distance, cela a un effet sur la gestion de projet. Nous devons notamment nous assurer d’avoir des ressources disponibles partout dans le monde pour offrir un soutien à nos clients au besoin.

Quelle est la meilleure leçon que vous avez tirée d’une mauvaise expérience d’exportation?

Nous n’avons pas vécu d’erreur ou d’échec majeurs. Par contre, chaque projet est une occasion d’apprentissage. Il est important pour nous d’être transparent et clair avec nos clients, notamment pour évaluer si notre offre est en mesure de répondre à leurs besoins et leurs attentes. Il arrive régulièrement que des clients considèrent la technologie comme une solution miracle à un problème qui est mal défini. Cela leur confère un faux sentiment de sécurité. Notre technologie offre certes des possibilités uniques, mais nous devons bien guider nos clients pour qu’elle crée de la valeur pour eux. C’est pourquoi le processus créatif devient essentiel. De plus, l’une de nos forces, c’est de faire des choses qui n’ont jamais été faites auparavant.

Que connaissez-vous aujourd’hui de l’exportation que vous auriez aimé savoir à vos débuts?

Il n’y a pas de formule magique ni de solution miracle et chaque entreprise a ses particularités. Il faut savoir être patient et bien s’informer avant d’entamer les démarches. Nous avons acquis une connaissance des régions où nous exportons, en plus de nous familiariser avec l’aspect fiscal et légal de la démarche. Ces temps-ci, par exemple, nous portons une attention particulière à la volatilité des devises puisque nos clients se trouvent partout dans le monde.

Quelle est la chose la plus importante que doit savoir une nouvelle PME en matière d’exportation et de commerce international?

Il est important de ne pas sous-estimer l’ampleur du travail à réaliser! Il faut savoir bien évaluer le coût d’opportunité avant de se lancer et accepter le fait que certains éléments vont toujours demeurer hors de notre contrôle.

Catégories Technologies et télécommunications

Comments are closed.

Affichages connexes