Perspectives d’exportation prometteuses pour les producteurs d’aliments canadiens

Perspectives d’exportation prometteuses pour les producteurs d’aliments canadiens

Depuis 20 ans, Earl Geddes sillonne le monde afin de dénicher et de créer des débouchés pour les produits alimentaires canadiens. En effet, ses fonctions antérieures de chef de la direction de l’Institut international du Canada pour le grain (IICG) et de vice-président, Développement des marchés à la Commission canadienne du blé, ainsi que son poste actuel de président de Progression Consulting, l’ont amené à parcourir plus de 45 pays. Nous l’avons interrogé au sujet des moteurs de croissance dont pourraient profiter les fournisseurs canadiens de ce secteur à l’étranger. Il a également offert ses conseils aux producteurs qui souhaitent sonder leur potentiel d’exportation.

Ancien chef de la direction de l'Institut IICG, Earl Geddes

Ancien chef de la direction de l’Institut IICG, Earl Geddes

Quels sont les principaux moteurs de la demande mondiale de produits agroalimentaires canadiens?

La démographie et la croissance économique. L’Inde constitue un bon exemple. Le pays se concentre actuellement sur la scolarisation de sa population; en 2025, celle-ci égalera ou même surpassera celle de la Chine, soit 1,4 milliard d’habitants. L’avènement d’une population instruite fera augmenter les revenus, le nombre d’emplois et le nombre de foyers où les deux parents travaillent. Par conséquent, la demande de divers produits, tels les aliments prêts-à-servir, atteindra un niveau semblable à celui qu’on observe en Amérique du Nord.

Il y a aussi la sécurité alimentaire, particulièrement importante dans les pays qui dépendent des aliments importés. Prenons le Qatar, au Moyen-Orient, qui importe tous ses aliments. Pour les Qataris, la question est simple : auront-ils accès aux denrées nécessaires pour nourrir leur population?

Pouvez-vous nous donner des exemples de débouchés pour les producteurs d’aliments canadiens?

Selon moi, l’Inde est un des grands marchés à surveiller. Sa capacité de production alimentaire est énorme, mais 25 % des denrées produites sont perdues en raison de leur mauvais entreposage, des conditions météorologiques et des rongeurs. Cette situation compromet la capacité du pays à assumer la hausse marquée de la consommation qui se dessine à l’horizon. Il y aura donc probablement une forte demande pour les solutions d’entreposage et de manutention.

Pourquoi un importateur étranger accorderait-il une chance à un fournisseur canadien?

En raison de la marque du Canada, qui rime avec intégrité et salubrité des aliments. De plus, nous avons la réputation d’offrir parmi les meilleurs produits au monde.

Quelles qualités doit avoir un fournisseur qui veut s’aventurer sur ces marchés?

Si vous voulez créer un marché pour votre produit, il faudra d’abord être en mesure d’en assurer l’approvisionnement. Sinon, quelqu’un d’autre le fera. Beaucoup d’importateurs veulent pouvoir compter sur une bonne capacité d’approvisionnement. Si la population du pays augmente et qu’un acheteur veut tout à coup doubler les commandes, vous devez être en mesure de répondre à la demande. Une bonne connaissance du contexte va également de soi. Vous devez comprendre le fonctionnement du marché cible et en connaître les réseaux de distribution; le plus simple est de vous rendre sur place pour l’étudier directement.

Quelle est la première étape pour un producteur canadien qui souhaite exporter?

Le centre de recherche sur les aliments de votre province est un bon point de départ. Ces centres sont financés à même vos impôts, donc n’hésitez pas à aller demander des conseils au sujet des débouchés possibles. Si les marchés mondiaux des cultures de grandes productions vous intéressent, l’IICG peut aussi vous aider. De plus, Agriculture and Agroalimentaire Canada contient des renseignements sur l’état des marchés dans diverses régions du monde.

Quel est le meilleur conseil que vous pourriez donner à celui qui veut se lancer?

Prenez l’avion et allez voir ce qui se passe sur le terrain. Une fois sur place, communiquez avec le délégué commercial local. Il vous aidera à comprendre le marché et à rencontrer les acteurs importants.

Cette entrevue a été révisée et abrégée.

Voir aussi : Le très performant secteur agroalimentaire canadien appelé à nourrir les marchés émergents

Ou : Ressources générales et sectorielles

Catégories Agroalimentaire

Comments are closed.

Affichages connexes