Photo offerte par Vale et James Hodgins Photography

Symboticware : Réduire les coûts énergétiques sous terre

Le secteur minier aussi est prêt à protéger l’environnement et à conserver l’énergie. Symboticware symbolise la nouvelle lignée de compagnies qui embarquent.

Dans les mines du monde entier, des sommes énormes sont dépensées pour aérer suffisamment les émissions de l’équipement diesel mobile. Or, d’après Kirk Petroski, président-directeur général de Symboticware, située à Sudbury, en Ontario, on peut mieux assurer la sécurité des travailleurs et réduire les coûts énergétiques et les émissions de gaz à effet de serre.

Les normes actuelles d’aérage reposent sur le montant de chevaux-puissance de l’équipement diesel mobile d’une mine souterraine. Selon M. Petroski, en mesurant plutôt les émissions réelles, les données des moteurs et l’emplacement du matériel dans une mine, il est possible de fermer l’aérage dans les zones où il n’est pas indispensable.

Cette petite compagnie – cinq ans d’existence, huit employés permanents – travaille presque exclusivement avec des minières étrangères.

C’est ce que fait sa compagnie avec le SymBot – plateforme normalisée qui suit en temps réel les données sur la sécurité, la production, l’entretien et les gaz d’échappement, aux fins d’analyse des émissions souterraines de l’équipement.

Selon M. Petroski, ce système peut permettre d’économiser 40 % des coûts énergétiques et de réduire de 11 000 tonnes par an et par mine les émissions de gaz carbonique (et de gaz à effet de serre).

« Dans une mine, la consommation d’énergie des ventilateurs d’aérage peut représenter jusqu’à 50 % des coûts d’électricité (pour l’exploitation). La minière fait donc des économies considérables tout en réduisant son impact environnemental », dit-il.

La compagnie teste actuellement sa technologie dans des projets d’importantes minières, comme la brésilienne Vale et la suisse Xstrata.

Les mines étant de plus en plus connectées par des réseaux de fibres optiques, la technologie de Symboticware peut contribuer à soutenir plus de systèmes d’aérage informatisés. Le défi est de mettre les systèmes en place et en service mais, ajoute M. Petroski, « heureusement, les minières mondiales en font une priorité pour essayer de respecter leurs objectifs de résultats d’entreprise et de responsabilité sociale. »

La technologie sert aussi pour l’exploration des mines du Grand Nord canadien, où la dégradation environnementale potentielle est une préoccupation majeure. La compagnie peut offrir tous les services, de la surveillance préconstruction à celle des résidus et de la qualité de l’eau.

Depuis 2009, Symboticware peaufine son expertise sur l’île de Baffin pour les projets de Baffinland Iron Mines Corporation (mine de fer sur la rivière Mary) et de Peregrine Diamonds Ltd.

Promotion des objectifs de RSE

Du coup, cette technologie peut aider les compagnies à atteindre leurs objectifs de responsabilité sociale des entreprises (RSE). « Dans une mine souterraine, elles peuvent démontrer que les émissions sont surveillées et lier ces résultats aux réductions d’énergie et de gaz à effet de serre.

« Cette année et l’an prochain, environ 30 % de nos projets seront menés à l’extérieur du Canada, précise-t-il. Nombreux sont ces projets ou firmes qui sont financés par EDC sous une forme ou une autre, d’où l’accès des compagnies canadiennes à ces débouchés. Nous sommes ainsi soutenus pour développer nos marchés d’exportation auprès des minières étrangères. »

L’an dernier, EDC a aidé Symboticware à participer à des séances de jumelage lors d’une mission commerciale au Chili et au Brésil. La compa­gnie a maintenant recours à l’Assurance comptes clients d’EDC pour les projets chiliens, « très utile pour réduire les risques étrangers et maintenir la trésorerie », conclut M. Petroski.

Au cours des prochaines années, Symboticware vise à réunir du capital-développement, exporter vers plus de marchés et miser sur les secteurs forestier et pétrolier et gazier – qui ont des pro­blèmes similaires à l’industrie minière.

Réussir dans le secteur minier

  • Adhérez à une association professionnelle qui peut vous aider à vous connecter aux marchés étrangers. M. Petroski a connu l’existence d’EDC grâce à l’association minière de Sudbury (SAMSSA), dont il est maintenant président.
  • Recherchez les programmes d’EDC et des services commerciaux des gouvernements fédéral et provinciaux qui appuient le développement de produits, la commercialisation et l’exportation.

Catégories Ecotechnologies, Mines et énergies

Comments are closed.

Affichages connexes