L’Indonésie et les Philippines : les débouchés qui s’y offrent et ce que vous devez savoir

L’Indonésie et les Philippines : les débouchés qui s’y offrent et ce que vous devez savoir

Chia Wan Liew, représentant en chef, Asie du Sud-Est d’EDC à Singapour depuis mai 2013, donne son avis sur l’Indonésie et les Philippines – deux des marchés les plus actifs de la région quant au financement direct.

Comment décririez-vous votre expérience en Asie du Sud-Est?

J’étais directeur régional pour l’Asie du Sud-Est à Ottawa avant d’être muté sur le marché. En travaillant sur le terrain, j’ai découvert une toute nouvelle perspective : je vois concrètement ce que vivent les entreprises canadiennes faisant affaire dans la région.

Le Canada est-il bien établi dans la région?

La présence canadienne en Asie du Sud-Est est encore assez limitée, même si cette région est l’un des foyers de la croissance mondiale. Les entreprises de l’ANASE ne pensent pas spontanément au Canada comme marché étranger. De même, les marchés asiatiques que visent les entreprises canadiennes sont la Chine, le Japon et l’Inde. Pourtant, les Canadiens sont de plus en plus au courant du potentiel de ces deux marchés.

Quels secteurs présentent des débouchés pour les entreprises canadiennes?

La Banque asiatique de développement estime qu’à elle seule, l’Indonésie doit investir plus de 300 G USD pour combler son manque d’infrastructure. Elle doit investir dans la construction de nouvelles routes et le prolongement de routes existantes, les aéroports civils, les réseaux ferroviaires, les ports maritimes, les centrales électriques et les réseaux de distribution.

La logistique et les infrastructures de transport offrent également des débouchés aux entreprises canadiennes, surtout en aéronautique. Dans les cinq dernières années, plusieurs PME canadiennes se sont aventurées sur ces marchés en raison de la demande de matériel de TIC. Les entreprises canadiennes devraient aussi garder un œil sur l’industrie agroalimentaire. Enfin, le secteur de l’extraction, surtout l’industrie indonésienne du pétrole et du gaz naturel, a attiré beaucoup d’entreprises de services miniers et de fournisseurs d’équipement minier canadiens.

Quels facteurs socioéconomiques créent ces débouchés?

Le pouvoir d’achat de la classe moyenne florissante fournira l’élan nécessaire pour que se poursuive la montée incroyable de la région. Cette croissance phénoménale met beaucoup de pression sur les infrastructures matérielles des deux pays.

Quelles sont les principales difficultés que doivent affronter les entreprises canadiennes aux Philippines et en Indonésie?

La bureaucratie et l’inefficacité du gouvernement posent problème. La prise de décision peut s’avérer très lente : les exigences varient d’un organisme à l’autre, et la réglementation gouvernementale est parfois incohérente et imprévisible. Les entreprises canadiennes qui n’ont pas de présence physique dans la région doivent surmonter un problème majeur, soit l’impossibilité de consacrer des ressources – du temps et de l’argent – au marché. Même si la corruption des deux pays est endémique, les gouvernements actuels font beaucoup d’efforts pour l’enrayer. En Indonésie, la barrière linguistique est parfois problématique.

Quels sont vos principaux conseils pour les entreprises canadiennes qui souhaitent réussir dans la région?

Soyez prêt à consacrer des ressources au marché et à y rester. Prenez le temps de décoder les règlements locaux et le contexte commercial. Dénichez de bons partenaires locaux et faites appel aux bons avocats de la région. Mettez à profit les ressources du gouvernement canadien et du conseil d’affaires local. Les principaux pièges à éviter : ne sombrez pas dans l’illégalité. N’espérez pas récolter profits et succès à court terme. Et ne négociez pas de contrats importants sans l’aide d’un bon conseiller juridique local.

Quelles pratiques et réalités culturelles les Canadiens doivent-ils connaître?

Vous n’arriverez pas à bâtir une relation d’affaires avec des courriels et des conférences en ligne. Les Indonésiens et les Philippins préfèrent les rencontres en personne. Généralement, les Indonésiens sont très polis. Ils n’expriment pas leur désaccord ouvertement. Évitez de les confronter et de corriger leurs erreurs directement.

Catégories Asie-Pacifique

Comments are closed.

Affichages connexes