Reprise américaine et regain des exportations volent à la rescousse de l’économie juste au bon moment

Reprise américaine et regain des exportations volent à la rescousse de l’économie juste au bon moment

Cinq ans après une récession dévastatrice, l’économie mondiale peine à reprendre pied. À vrai dire, la succession des épisodes d’amélioration et de dégradation de la conjoncture est devenue la règle. Or, cette dynamique a donné lieu à l’une des reprises postrécession les plus faibles de l’histoire – avec à la clé des centaines de millions de chômeurs. Résultat : l’Europe vit avec la crainte permanente de l’éclatement de la prochaine crise, et même la machine industrielle chinoise est mise à mal par la contraction de l’activité sur ses deux principaux marchés.

Le Canada, l’une des économies les moins éprouvées lors de la crise, a lui aussi suivi un parcours semé de difficultés. Certes, sur le front de l’emploi, le pays a regagné le terrain perdu et même davantage, mais la croissance de l’emploi a récemment marqué le pas. Quant à notre économie intérieure, bénéficiaire des dépenses publiques et des faibles taux d’intérêt, elle est en vérité en sursis et vit à crédit.

Sans contredit, le monde a souffert de l’absence de l’oncle Sam, et le Canada de son secteur des exportations.

Cette année pourrait bien être différente…

Pour la première fois depuis la récession, l’Amérique semble prête à assumer son rôle habituel de chef de file sur la scène mondiale. Des données récentes mais probantes le confirment. Après un premier trimestre désastreux en 2014, surtout attribuable aux tempêtes de verglas ayant frappé la côte Est, la croissance a rebondi pour inscrire un taux de 4,6 % au deuxième trimestre, et les résultats du troisième trimestre paraissent tout aussi convaincants.

Peter G. Hall

Peter Hall, Vice-président et économiste en chef

Malgré les nombreux faux départs ces dernières années, le présent cycle de la croissance ne s’arrêtera pas cette fois, estime Peter Hall, économiste en chef d’Exportation et développement Canada (EDC). M. Hall entame une tournée pancanadienne durant laquelle il présentera les dernières prévisions à l’exportation d’EDC. L’économie mondiale n’a pas passé cinq années sur la touche en vain. Cet intervalle lui était nécessaire pour se guérir des blessures de la grande récession, c’est-à-dire pour que les ménages endettés assainissent leurs finances, pour que le marché du logement saturé devienne de nouveau déficitaire, pour que l’âge du véhicule familial justifie l’achat d’un nouveau modèle et, enfin, pour que les entreprises puisent dans leurs profits pour réaliser de nouveaux investissements.

En somme, le temps nécessaire pour que les effets de la demande comprimée se répercutent sur la tenue de l’économie, comme c’est le cas après chaque récession.

« Sous la poussée de la demande comprimée, les consommateurs et les entreprises seront forcés de délier les cordons de leur bourse », précise M. Hall. Toutefois, un autre élément sera nécessaire : leur volonté de passer à l’action. « Pour la première fois en cinq ans, les indices retraçant la confiance des consommateurs et des entreprises se trouvent à des niveaux cohérents avec une croissance soutenue », ajoute-t-il. « Aux États-Unis, le marché du logement se redresse, la consommation redémarre et les entreprises investissent de nouveau alors même que les mesures d’austérité arrivent à leur terme. »

D’après M. Hall, la croissance de l’économie américaine gagnera 3,6 % en 2015, soit le taux de croissance le plus remarquable depuis le début de la reprise. Le dynamisme des États-Unis sera-t-il suffisamment robuste pour entraîner les autres économies? M. Hall le pense.

Il croit que la contribution de 19 % des États-Unis à la production mondiale sera suffisante pour porter l’essor de l’économie mondiale à 4 % en 2015. Les exportateurs canadiens, dont l’apport s’élève à environ un tiers du PIB du Canada, devraient compter parmi ceux qui profiteront le plus de cette impulsion. Que ce soient dans les secteurs de l’automobile, de la foresterie, de la machinerie et de l’équipement ou encore de l’aéronautique, le renforcement de la demande américaine et un huard moins élevé (dans la fourchette des 90 cents américains) permettront au secteur des exportations de poursuivre sur sa lancée de 2014.

Les spécialistes d’EDC escomptent une robuste croissance de 10 % des exportations canadiennes cette année. En 2015, M. Hall table sur de nouveaux gains de 6 %.

Mark Zandi, économiste en chef chez Moody’s Analytics, fait montre du même optimisme envers l’économie américaine, malgré les inquiétudes entourant un possible retour de l’Europe en récession et le tassement de l’activité en Chine. Pourtant, il est d’avis que la croissance américaine maintiendra le cap vu l’apport de seulement 13 % des exportations à l’essor de l’économie américaine. « Aux États-Unis, le consommateur est roi. Il se trouve que les ménages américains passent de nouveau en mode dépenses, comme en témoigne déjà la relance des achats d’automobiles, mais il faudra un peu plus de temps pour observer une reprise complète du côté du secteur névralgique de l’achat des maisons. »

Il y a longtemps que les exportations n’ont pas fait une contribution aussi positive à la croissance du Canada – et ce regain ne peut survenir à un meilleur moment, soutient M. Hall. « Selon nous, l’économie intérieure affichera un faible dynamisme, attribuable à la présence d’un marché du logement saturé et du fort endettement des ménages. Dans le même temps, beaucoup s’attendent à ce que la Banque du Canada relève ses taux d’intérêt, une décision qui ne manquera pas d’influer sur les comportements plus qu’à l’habitude », explique M. Hall.

« Nous pouvons aujourd’hui affirmer que les exportations et les investissements axés sur les exportations seront les ressorts de l’activité économique canadienne », conclut-il. L’impulsion transmise au secteur des exportations constitue aussi une étape nouvelle et opportune de la reprise amorcée depuis la fin de la récession.

Cliquez ici pour accéder aux Prévisions à l’exportation de l’automne 2014

Catégories États-Unis, Exportation

Comments are closed.

Affichages connexes